Du noachisme et des nouveaux noachides

Nouveau !

offre de lancement : tirage limité, 22 €

des écoles à mystères aux premières loges, une histoire qui remonte aux premiers phéniciens mais qui prend son essor sur le Rhin (12 ème siècle) puis en Écosse (15 ème siècle)  et s’achève au XVII ème siècle : ce qui se prévaut sous ce nom en Grande Bretagne  partir du XVIII ème siècle n’est que pure fantaisie et mystification.


En Écosse, le Mot de Maçon fait parler de lui dès la fin 1637. En effet, John Stewart, premier comte de Traquair, est alors accusé de posséder ce mot. Nous le trouvons ensuite, en 1638, dans un poème de Henry Adamson, The muses Threnodie en référence avec les frères de la Rose-Croix. Ce mot est également associé à un don de double vue permettant la prophétie. De lui on dit aussi que c’est un mot « rabbinique » ce qui prouve son origine juive. En d’autres termes on ne put faire l’économie d’un historique de ce mot si l’on veut comprendre l’histoire de la Franc-Maçonnerie et ses enjeux d’autant plus que c’est autour de lui que gravite l’essentiel des rites. Mais au fait d’où vient-il sinon d’un foyer culturel judaïque et quel est son rôle exact ? simple mot de passe ou plus ?

Notre investigation a permis d’en déceler l’origine exact qui se situe vers 1440 et son élaboration à Kilwinning du temps des Sinclair, on le trouve d’ailleurs gravé dans la pierre à l’occasion de l’édification de la chapelle de Rosslyn et il correspond à une tradition : la mystique de la Merkavah ou Trône céleste. Le posséder signifie donc pouvoir invoquer les puissances célestes et pénétrer dans la Shékhina.

Le mystère qui entoure le fameux Mot de Maçon, qu’il s’agisse de son origine comme de sa signification, n’est toujours pas résolu par ceux qui se sont penchés sur le sujet. Mais est-ce étonnant pour celui qui ne possède pas le point de vue approprié sur la question ? Avons-nous bien regardé là où il fallait ?

 « Quiconque invoquera le Nom du Seigneur sera sauvé » est-il écrit dans la Bible. Nous comprenons à présent et au vue des explications fournies que ce mot – avant de devenir un Rite – était une formule incantatoire dont la signification devait être en rapport avec la fonction cosmique reflétée par le métier. La superposition d’un tel moyen à ceux du symbolisme artisanal s’est produite lorsque les corporations furent intégrées dans la tradition chrétienne et cette jonction a du reste pu avoir lieu en Terre sainte ; d’autre part, un moyen de cette nature était susceptible de constituer un pont reliant le domaine des « Petits Mystères » à celui des « Grands Mystères », en conformité avec l’intervention avatarique du Christ dans un nouveau corps de gloire magnifiée par le travail de la pierre.

en stock

Paru : le retour de l’Arche d’alliance

Table des matières :

  • Chap. I : La disparition
  • Chap. II : Le Temple de Salomon et l’installation de l’Arche
  • Chapitre III :   Les idoles dans le temple
  • Chapitre IV : Le second temple et l’île d’Eléphantine
  • Chapitre V : La colonie juive d’Eléphantine
  • Chapitre VI : La reine de Saba et la légende
  • Chapitre VII : Le Royaume d’Aksoum
  • Chapitre VIII : Les peupes koushitiques, de lointains héritages
  • Chapitre IX : L’Arche d’alliance et l’Art Royal
  • Chapitre X : Lalibela, un prince éthiopien à Jérusalem
  • Chapitre XI : Arrivée des templiers, le Royaume du prêtre Jean
  • Chapitre XII : L’Arche d’alliance et Les TEMPLIERS
  • Chapitre XIII : la relève avec Christophe de Gama
  • Chapitre XIV : James Bruce, un haut dignitaire Franc-maçon en Ethiopie
  • Chapitre XV :  Le mystère des obélisques d’Aksum parmi les plus grands au monde
  • Chapitre XVI : Traverser la mer rouge : d’Aksoum à Ma’rib (Yemen)
  • Chapitre XVII : Hiram de Tyr et les routes des aromates, l’empire de Shéba
  • Chapitre XVIII : L’empire des Sabéens, Arabia Felix
  •  Chapitre XIX : NAHOUM, le dernier secret de la Reine Bilkis
  • Annexe 1  : planches et notes sur la Shekina de l’Arche
  • Annexe 2 :  BET SHEMESH
  • Annexe 3 : la tribu de Lehi

En 2007 des découvertes archéologiques très importantes ont été faites en Israël. La principale est la découverte en Judée d’une ville fortifiée à 30 km de Jérusalem nommée Kirbeth Queyafa également connu sous le nom de Forteresse d’Elah surplombant la vallée d’Elah et datée de la première moitié du 10e siècle avant notre ère.  On y a retrouvé l’ostracon de Khirbet Qeiyafa, qui pourrait être la plus ancienne trace d’ancien hébreu trouvée à ce jour. Les ruines de la forteresse ont été découvertes en 2007, près de la ville israélienne de Beit Shemesh à 30 km de Jérusalem. C’est aussi le lieu du supposé combat entre David et Goliath.  Dans les ruines de l’ancienne cité de David on a trouvé des miniatures, des modèles réduit du temple de Salomon et de ce qu’il devait être.  Mais le plus extraordinaire est que ces artéfacts de terre mènent tout droit en Ethiopie à la fois sur la trace de l’Arche d’Alliance et du temple de Salomon que nous pouvons maintenant présenter dans ses dimensions originelles. Désormais tout s’explique ! surtout avec notre cahier spécial sur les mesures retrouvées du Temple de Salomon.

 

Les deux ensemble 26 € (le cahier seul  : 12 €)

Naométria, cahier supplémentaire 30 pages + 4 planches en couleur

déjà paru :

 27 €

(France uniquement)

 

Fruit d’une conjoncture exceptionnelle et improbable la Franc-maçonnerie a pris naissance dans ces terres hostiles et lointaines de l’Écosse. Pour cela il a fallu que cette région soit le creuset de plusieurs traditions en un temps donné (essentiellement du XII au XVI ème siècle) et en quelques endroits précis sur une ligne allant de Kilwinning à Aberdeen. Retracer cette histoire et ses origines vont nous mener aux quatre coins de l’Europe car il s’agit ni plus ni moins que de la dernière tribulation de l’Arche perdue et retrouvée en ces temps lointains mais  par la suite hélas travesti à l’occasion de la création de la Grande Loge de Londres qui – contrairement à ce que historiographie officielle affirme – n’inaugure pas d’une nouvelle maçonnerie mais sa fin officielle. Au-delà de ce qui n’est qu’un ersatz édulcoré compatible avec les exigences d’une modernité ayant tourné le dos définitivement à son message anté-diluvien préservé sur ses deux colonnes, nous tentons d’en retracer les contours originels à la faveur du « Mot de Maçon » et des significations qu’il contenait, dont celui de l’Arche.

 

Offre de lancement :  50 € au lieu de 56 €

L’Arche et l’Alliance universelle. De quelques articles en ligne :

Sur le déluge :

Sur le Temple de Salomon :

Les fils de la Vallée :

L’Église de Jacques :

Art Royal et lignée davidique :

Arche d’Alliance et le plus grand mystère :

 

en stock 27 € – France Europe –

Table des matières (extrait) :

La Révélation du Troisième temple

Première partie : les fondations héroïques                                

  • 1 Hiéro histoire                                                                  9
  • 2 Les chanoines du St Sépulcre 13
  • 3 Irlande : St Colomba                                                     21
  • 4 Crypto judaïsme de la société écossaise                        27
  • 5 L’Eglise secrète d’e Jacques 31

          Seconde partie : l’Écosse, nouvel Isarël                                    

  • 1 Origines 43
  • 2 La colonie juive d’Aberdeen 67
  • 3 La lignée davidique 97
  • 4 Presbytérianisme et Judaïsme 111
  • 5 Juifs et templiers, les bâtisseurs 137

          Troisième partie : William Sinclair et Rosslyn                       

  • 1 William Sinclair, échanson de la Reine                        179
  • 2 Rosslyn et l’arche royale 187
  • 3 Rosslyn, le graal : lapis ex coelis                                  199
  • 4 Rosslyn, le Graal, les pierres musicales                       211
  • 5 Les Sinclair et Kiwinning                                            227
  • 6 Kilwinning et Harodim                                               233

Quatrième partie : le Mot du Maçon

  • 1 Introduction à la philocalie du mot                             249
  • 2 Boaz et Jakin : Unio mystica                                           255
  • 3 Schibboleth : prononcer le nom                                   259
  • 4 Marrow in the bone : le tétragramme                      275
  • 5 Le nom secret du Grand Architecte

212 pages, nombreuses illustrations

Offre spéciale pour les deux volumes  : 50 € au lieu de 62 €

 

Vient de paraitre …

 

offre spéciale :  22 €

MYSTIQUE DE LA PIERRE

Derrière le tablier une enquête sans tabou : livraison courant septembre pour le second volume, 36 € pour les deux

 

Pierre cubique à pointe : une création exclusive

 

Pierre cubique à pointe à découvrir

à découvrir rapidement : ne reste que 3 exemplaires  de cette version très rare qui ornera agréablement votre bureau. La coiffe avec le tétraèdre s’ouvre et l’on peut la faire pivote sur le côté,

voir ici pour commander

Pour les DOM-TOM, USA, Canada : voir notre nouvelle boutique

Science et hermétisme

%d blogueurs aiment cette page :