Arcas et le Roi du monde : d’Ursus spelaeus au Roi Arthur

Ursus spelaeus

Le premier dieu de l’humanité : Ursus spelaeus

Il n’y a pas si longtemps, deux espèces d’ours cohabitaient dans nos contrées. La première, l’ours brun, a survécu jusqu’à ce jour. En revanche, le grand ours des cavernes s’est éteint voilà 18.000 ans. L’un et l’autre carnivores se partageaient l’espace avec les hommes de Cro-Magnon dont nous descendons, mais aussi avec les hommes de Neandertal. L’ours semblait considéré, sinon comme un dieu, du moins « comme un être à part, possédant des pouvoirs que les autres animaux n’avaient pas.

Lire la suite Arcas et le Roi du monde : d’Ursus spelaeus au Roi Arthur

Rennes le Château, Redis Régis, Cèllis Argis

Les tombeaux de l’abbé Saunière

LES PIERRES TOMBALES DE LA MARQUISE DE NEGRE D’ABLES ET LES MANUSCRITS

Profitant du don généreux de la comtesse de Chambord, entre 1000 et 3000 francs or, l’abbé peut dès lors mettre en chantier des travaux plus importants dans son église. Il remplace d’abord le vieil autel, puis les vitraux. C’est lors du démontage de ce vieil autel qui eut lieu au cours du ler semestre 1887, que l’abbé découvrit, dans un des deux piliers carolingiens creux, trois petits tubes reposant sur un lit de fougères séchées.

Lire la suite Rennes le Château, Redis Régis, Cèllis Argis

Juxta Crucem Lacrimosa et la fausse énigme de Rennes le Château

La montagne fleurie. Église Marie Madeleine de Rennes le Château.

Autour de Rennes le Château, gravitent de nombreux ecclésiastiques dont l’abbé Antoine Gélis, curé de Coustaussa, village voisin de celui de Rennes le Château, qui aura une fin tragique alors qu’il était âgé de soixante-dix ans. Il fut trouvé assassiné dans son presbytère le let novembre 1897, frappé par son meurtrier de plusieurs blessures qui lui furent infligées avec un acharnement inouï. Aucun vol d’argent ne fut constaté, mais les papiers furent fouillés. Le seul indice est un paquet de papier à cigarette de la marque Le Tzar flottant dans une mare de sang. Sur l’une des feuilles est écrit d’une main malhabile : Viva Angélina ! Qui était cette Angélina ? Impossible de le savoir et le meurtrier ne fut jamais retrouvé.

Sur d’autres décès plane également un mystère, tel celui du successeur de l’Abbé Boudet, à la cure de Rennes-les-Bains, un autre village très proche de Rennes le Château. L’abbé Rescanière, c’était son nom, fut victime d’une agression dont il sortit indemne, mais on le retrouva mort quelques jours plus tard.

Il semblerait donc que dans l’ombre de l’abbé Saunière se soit ourdie une véritable rivalité, pour ne pas dire un combat, entre plusieurs abbés et curés.  Dans quel but ? Pourquoi ? Le mystère demeure entier et c’est dans ce contexte que nous ouvrons le dossier de l‘abbé « aux millions ».

Lire la suite Juxta Crucem Lacrimosa et la fausse énigme de Rennes le Château

Mysticisme et discipline tibétaine : Alexandra David Neel et Lotus de Païni

à gauche Lotus de Païni, à droite la célèbre Alexandra David Neel qui fut la première femme occidentale à se rendre au Tibet. Deux grandes orientaliste. Lotus de Païni s’y rendit également et suivi ses traces dix ans après. Elle finança et aida Rudolf Steiner à la réalisation du Goethanum mais toutes les traces de ses généreux dons ont été volontairement effacés. C’est vraisemblablement au musée Guimet qu’elles firent connaissance.

 

La philosophie religieuse des Tibétains soulève un grand problème. Cette philosophie serait-elle vraiment une importation de l’Inde ? Et alors serait-elle une création du génie aryen ?

Les dates : mais qui peut tabler sur une chronologie si lointaine, établie approximativement par des hommes peu enclins, de par leur nature même tournée vers le dedans, à supputer les temps extérieurs ? Les textes bouddhistes donnent chacun selon leurs provenances, une date différente pour la venue de Bouddha : les textes Népalais parlent du XIe siècle avant l’ère nouvelle, ceux du Sud, du VlIe, les stèles d’Açoka, du Ve… Qui croire ?

Lire la suite Mysticisme et discipline tibétaine : Alexandra David Neel et Lotus de Païni

La marche du soleil ou la déambulation sacrée

 

Ompaholos de Delphe

Les premiers  labyrinthes apparurent au delà du cercle polaire et font référence à la danse sacrée de la grue avant sa grande migration.

L’omphalos primordial fut, d’après les traditions une terre pure au milieu des eaux : c’est cette terre de bénédiction qui est devenue Ogygie (Ogh Iagh Ile sacrée) ou Ile des Quatre Maîtres, elle se situait primitivement au nord, sous la Grande Ourse. Ell est le symbole de la Tradition polaire ou Tradition Primordiale.

Lire la suite La marche du soleil ou la déambulation sacrée

Nos grands ancêtres : l’homme de Denisovan

Suite à une importante découverte récente, une raison majeure explique  pourquoi les caractéristiques des Inuits rapportées hérités des gènes de l’homme de Chancelade pourraient être importantes pour notre compréhension des Solutréens et de leurs origines dans les contrées lointaines de l’Est, cette explication provient d’une découverte assez extraordinaire. Il s’agit d’une étude récente de l’ADN des Inuits du Groenland, dirigée par le biologiste Fernando Racimo, docteur en biologie, du New York Gene Center, qui a montré qu’un gène permettant à la population de survivre au froid de l’Arctique a été hérité d’une espèce humaine éteinte connue sous le nom de Denisovans (prononcé deh-NEESE-so-vans), dont le foyer présumé était l’Eurasie centrale, septentrionale et orientale, le sud de la Sibérie en particulier. Cela signifie qu’à un moment donné dans un passé lointain, les ancêtres paléolithiques des Inuits ont dû se croiser avec des Dénisovans, qui avaient développé ce gène essentiel au cours de dizaines de milliers, voire de centaines de milliers, d’années d’existence dans des climats glacés.

Lire la suite Nos grands ancêtres : l’homme de Denisovan

L’arc et la lyre ou les dieux du pastoralisme

Apollon, l’arc et la lyre. On a reconnu en Apollon « le plus grec de tous les dieux ». Et il apparaît en effet comme l’une des plus belles figures de la poésie grecque ; Il est le musicien qui charme l’Olympe quand il joue de sa lyre dorée il est le seigneur à l’arc d’argent, le dieux-Archer, le Guérisseur aussi, qui le premier apprit aux hommes l’art de la médecine. Mais ces dons, tout aimables et charmants qu’ils fussent, n’étaient pas ses meilleurs titres de gloire : il était surtout le dieu de la Lumière, celui en qui nulle ombre ne demeure – et c’est ainsi qu’il devint le dieu de la Vérité. Jamais un mensonge ne tombe de ses lèvres.

De nombreux dieux grecs ont eu pour attribut l’arc : Artémis, Hécate, Héraclès, Apollon etc .. les premiers dieux grecs traduisent la société hyperboréenne et son influence : dieux pasteurs ou dieux chasseurs. Les préhistoriens estiment que l’invention de l’arc daterait du Mésolithique (entre 50 000 et 10 000 ans avant notre ère). L’arme se perfectionna au fil du temps et les formes de l’arc évoluèrent en même temps que ses matériaux. Chaque culture créa ses propres modèles ; en Grèce on manipula essentiellement les arcs droits et les arcs composites, plus performants.

Lire la suite L’arc et la lyre ou les dieux du pastoralisme

Heredom HRDM ou la naissance de l’Ordre Royal d’Ecosse

L’ordre royal d’Écosse (Royal Order of Scotland) ou ordre de l’héritage de Kilwinning (Order of Heredom of Kilwinning) est un ordre symbolique chevaleresque de la franc-maçonnerie britannique. L’adhésion est accordé aux francs-maçons sur cooptation uniquement. Organisé autour d’une Grande Loge de l’ordre royal d’Écosse qui à son siège social à Édimbourg, il est présent en Grande-Bretagne principalement et dans quelques pays à travers le monde.

Lire la suite Heredom HRDM ou la naissance de l’Ordre Royal d’Ecosse

Science et hermétisme