La vision du temple selon Ezéchiel et le second temple de Zorobabel

Le second temple avec sa triple enceinte

Vision du prophète, ce Temple n’a jamais été construit ; mais son importance sur le plan de l’influence spirituelle n’est pas moins essentielle.

C’est en -572-571 qu’Ezéchiel, déporté depuis vingt-cinq ans, eut la vision d’Israël restauré et du Temple relevé de ses ruines. Voici la Nouvelle Jérusalem :

« La vingt-cinquième année de notre captivité, au commencement de l’année, le dixième jour du mois, quatorze ans après la ruine de la ville, en ce même jour, la main de l’Eternel fut sur moi et il me transporta dans le pays d’Israël. Il m’y transporta, dans des visions divines, et me déposa sur une montagne très élevée, où se trouvait au midi comme une ville construite. Il me conduisit là ; et voici : il avait dans la main un cordeau de lin et une canne pour mesurer et il se tenait à la porte. Cet homme me dit :  » Fils de l’homme, regarde de tes yeux et écoute de tes oreilles ! Applique ton attention à toutes les choses que je te montrerai, car tu as été amené ici afin que je te les montre. Fais connaître à la maison d’Israël tout ce que tu verras ».

Ezéchiel met l’accent dans sa description sur la sainteté rituelle du lieu. Ici, le sanctuaire est nettement séparé du palais avec lequel il n’a plus rien à voir. Les dimensions de la maison de Dieu sont soigneusement décrites. L’enceinte a la forme d’un grand carré de cinq cents coudées de côté (250 mètres). Elle est percée de trois portes (largeur : 25 coudées, longueur : 50 coudées), orientées respectivement à l’est, au nord et au sud. Par ces ouvertures, on pénètre ainsi dans un premier parvis extérieur affectant la forme d’un fer à cheval. Cette galerie en contient une autre où l’on pénètre de même par trois portes fortifiées dites « à tenaille » pour mieux souligner le filtrage sévère quu doit être opéré au seuil du sanctuaire. Tout étranger pénétrant au-delà souillerait le saint lieu par sa présence et seul le clergé peut accéder à cette partie du Temple.

Dans l’espace ainsi délimité se trouvent le Temple propre­ment dit et l’autel. Ce dernier a la forme d’une ziggourat (influence babylonienne) ou « tour à étages ». Sa base carrée de 18 coudées de côté (9 mètres) supportait l’ensemble d’une hau­teur de 11 coudées. Quatre cornes ornaient les angles de la face supérieure. Comme du temps de Salomon, le Temple com­prenait trois parties, avec au centre le « Saint des Saints » qui n’abritait plus l’ « Arche d’Alliance » perdue depuis des siècles.

La longueur de cet édifice était de cent coudées et le monu­ment s’élevait sur une terrasse à laquelle on accédait par un esca­lier de dix degrés, encadré par deux rangées de colonnes. Le portique mesurait vingt coudées sur douze coudées, le hêtal, qua­rante coudées sur vingt coudées, le Saint des Saints, vingt coudées sur vingt coudées.

Quant à la décoration, Ezéchiel nous dit qu’elle consistait en lambris qui recouvraient les murs, ornementés de « figures » : chérubins et palmes. Ezéchiel ne parle ni de luxe ni d’or, et d’au­cun « luminaire ». Nul besoin de cette profusion tapageuse, car « la gloire du Dieu d’Israël », arrivé de l’Orient avec un bruit semblable aux hautes eaux, devait remplir le Temple tout entier (XLIII, 1-5).

« Cette vision se terminait par un magnifique symbole. Du Temple relevé, allait jaillir cette source d’eau vive, si abondante qu’elle formerait un torrent, qui par la vallée du Cédron, arri­verait à la mer Morte dont les eaux redeviendraient saines. Et cette région maudite connaîtrait la fertilité d’un Paradis : un feuil­lage permanent, des fruits à chacun des mois de l’année (Ezéchiel, XLVII, 1-12). Tel était le programme que proposait à ses compatriotes le prophète de la déportation  » ravi en extase « ,  » au bord du fleuve Kébar « . Son ambition avait été à l’échelle de sa vision. Quand l’heure fut arrivée de passer aux actes, Ezéchiel était sans doute mort et  « sans avoir obtenu les choses pro­mises mais les ayant seulement vues et saluées de loin… « . D’autres allaient s’efforcer de relever les ruines mais dans cette tâche, les moyens n’étaient pas à la hauteur des besoins. Le grand    était irréalisable et l’on se contenta de réalisations plus modestes.

Le roi Cyrus ayant permis aux Juifs de revenir en Palestine dès 538 av. J.-C., ceux-ci, sous la conduite de Zorobabel entre­prirent le relèvement du Temple. De dimensions réduites, c’était un modeste sanctuaire beaucoup moins vaste et luxueux que le Temple de Salomon. Malgré cela, le sanctuaire connut aussi les fureurs du pillage, complété cette fois par une profanation.

A la mort d’Alexandre le Grand, la Palestine était tombée entre les mains des Ptolémée d’Egypte, puis des Séleucides de Syrie. Sous la domination grecque, les Juifs connurent les char­mes et les séductions de la brillante société hellénique. Jérusalem s’embellit de stades et de temples païens, d’un hippodrome et de palais luxueux. Les jeunes hiérosolymitains abandonnaient le genre de vie austère de leurs ancêtres au profit d’une vie plus large et plus opulente. Le culte de Iaveh fut délaissé par une partie importante de la population attirée par les nouveaux dieux : Jupiter et Apollon. Un clan formé de « purs » se forma par réaction et suscita la colère des rois hellènes. Le Séleucide Antio­chos Epiphane résolut d’en finir et s’en prit au Temple, point de mire et phare de tout Israël. En 168 av. J.-C. le souverain occupa Jérusalem, envahit le Temple où il s’empara du Chan­delier à sept branches, de l’Autel d’or et de tous les ustensiles précieux. Un an plus tard, il profanait le Temple de Iaveh en y installant une statue de Jupiter Olympien. C’était « l’abomina­tion de la désolation ». Le sacrifice était à nouveau interrompu. Trois ans après une réaction des Juifs amena un renversement de la situation et le Temple retrouva ses anciennes prérogatives ; pour une assez courte durée cependant puisque les Romains, partis à la conquête du monde méditerranéen devaient, sous la conduite de Pompée, en 63 av. J.-C. interrompre à nouveau les cérémonies du culte en s’emparant de Jérusalem. Néanmoins, le consul romain s’abstint de piller le sanctuaire et le culte reprenait dès le lendemain. Les jours du second Temple étaient pourtant comptés car le roi Hérode (le Grand) allait attacher son nom à la reconstruction d’un Temple aux proportions grandioses tel qu’on n’en avait jamais vu dans toute l’histoire du peuple juif.

Le fleuve sortant du temple.

« Tout vivra partout où ira le cours d’eau » ÉZÉCHIEL 47:9

LA VISION du temple réserve une autre surprise à Ézéchiel : il découvre un cours d’eau qui prend sa source dans le temple !

Cette eau claire sort de dessous le seuil du sanctuaire ; puis elle s’écoule du temple et de ses bâtiments près de la porte est. L’ange guide Ézéchiel le long du cours d’eau tout en mesurant la distance parcourue. Régulièrement, il demande à Ézéchiel de traverser l’eau. Le prophète constate que la profondeur augmente rapidement : le ruisseau devient très vite un torrent qu’on ne peut traverser qu’à la nage. Ézéchiel apprend que ce fleuve se jette dans la mer Morte. Cette mer est trop salée pour que des poissons y vivent. Mais l’eau du fleuve ‘guérit’ l’eau de la mer, c’est-à-dire qu’elle atténue sa teneur en sel, ce qui permet aux poissons de grouiller là où les deux eaux se mélangent. Le prophète voit aussi de nombreux arbres de toutes sortes sur les rives du fleuve. Ces arbres produisent chaque mois une récolte de fruits nourrissants, et leurs feuilles guérissent les maladies. Ce spectacle éveille certainement en Ézéchiel un sentiment  de paix et d’espoir. Mais que signifie cette partie de la vision du temple pour lui et pour les autres exilés juifs ?

Les Juifs de l’époque ont certainement compris que ce fleuve n’existerait pas réellement. En effet, cette partie de la vision les a sans doute fait penser à une autre prophétie annonçant un rétablissement, celle que le prophète Joël avait écrite peut-être plus de deux siècles auparavant. Quand les Juifs exilés lisaient les paroles de Joël, ils ne s’attendaient pas à voir les montagnes ‘dégouliner’ littéralement de vin doux, ou les collines ‘ruisseler’ de lait, ou encore une source ‘jaillir’ du temple de Jéhovah. De même, ces Juifs ont sans doute compris que le récit du prophète Ézéchiel n’annonçait pas l’apparition d’un fleuve au sens littéral. En à peine deux kilomètres, le ruisseau se transforme en torrent ! (Ézéch. 47:3-5) et le torrent en un fleuve : un fleuve de bénédictions.

Révélation 22​:​1

22  Et l’ange m’a montré un fleuve, le fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’Agneau.

Le fleuve d’Ezchiel formant un nouveau paradis

Le 2e point est que sur le bord du torrent, il y aura tout au long des arbres, toutes sortes d’arbres fruitiers (v.12). Leur feuillage sera continuellement vert et chaque mois des fruits nouveaux mûriront. Les feuilles serviront de remède : « leurs fruits sera pour nourrir, et leurs feuilles pour guérir ». Voilà un aspect extraordinaire. Une puissance de vie émane de ce fleuve, qui fera fleurir la terre d’Israël. Tout sera multiplié par douze pourrait-on dire – la vitesse de croissance des arbres, celle des fruits, la vitalité de tout végétal. La vie divine, la puissance d’En-Haut touchera toute vie et tous les hommes seront régénérés.

Dernier point : la revitalisation de la Mer appelée « morte », bibliquement la Mer de sel – Yam hamela’h. Il est dit que l’eau de ce torrent redonnera vie à la Mer morte, et que des poissons d’eau de mer pourront y vivre comme dans la Méditerranée. Des pêcheurs d’Ein-Gedi pêcheront jusqu’à Ein Eglaïm, apparemment en haut de la Mer morte. Il est dit aussi qu’une partie abandonnés au sel ». On peut supposer qu’en effet, la partie inférieure de la Mer morte qui sert de marais salins, demeurera en l’état pour l’approvisionnement en sel, en minéraux, potassium et magnésium, constituant déjà pour Israël une grande richesse économique.

Ezéchiel et le fleuve Kebar

Visite du Temple

La révélation prophétique peut se poursuivre avec la vision d’Israël rétabli pendant le millénium (chapitre 40-48). Alors que la plupart des autres prophéties bibliques s’arrêtent à l’instauration du royaume terrestre de Christ, ces derniers chapitres d’Ézéchiel décrivent le nouveau temple, le nouveau culte et la nouvelle division du pays1, d’une façon très détaillée et sans parallèle dans le reste des Saintes Écritures.

  1. Le nouveau temple

Un voyage à Jérusalem : versets 1-4

En avril 573 av. J.-C. (v. 1), vingt ans après son appel, Ézéchiel fut emmené en Israël dans une vision (verset 2). A la vision initiale de la gloire de l’Éternel (chapitre 1-3) répond cette vision finale de sa demeure pendant le millénium. Sur “une très haute montagne” , le prophète vit Jérusalem et son temple. Cet édifice splendide surpassera en gloire tous les précédents. Aggée 2. 9 :

  • Le premier temple était celui de Salomon1 Rois 6-8.
  • Le deuxième fut construit après l’exil par les Juifs remontés au pays d’Israël. Esdras 1-6 ; il s’agissait à l’origine d’une construction modeste. Aggée 2. 3 ; à l’époque d’Hérode le Grand, ce temple fut totalement transformé et devint une merveille architecturale, dont la beauté surpassait celle du premier.
  • Un troisième temple sera construit dans l’avenir ; il sera profané par l’Antichrist.2 Thessaloniciens 2. 4.
  • Le temple qu’Ézéchiel décrit dans ces chapitres sera le quatrième et le dernier temple du peuple d’Israël sur la terre ; il sera construit au début du règne de Christ qui durera mille ans (le millénium).

La description de ce temple était un message divin pour le peuple d’Israël, qui devait le recevoir par ses yeux, par ses oreilles et par son cœur (verset 4 ; 44. 5). Cette invitation s’adresse aussi à nous : ce temple matériel futur peut symboliser l’Église, qui est aujourd’hui le temple de Dieu, composé des croyants du temps de la grâce. Corinthiens 3. 16, 17 ; 2 Corinthiens 6. 16 ; Éphésiens 2. 19-22. De même qu’Ézéchiel devait étudier le plan du temple et l’ordre du service, les chrétiens sont invités à connaître le plan de Dieu pour cet édifice vivant et à y maintenir l’ordre qui convient1 Timothée 3. 15 ; 1 Corinthiens 14. 33, 40. La maison de Dieu actuelle, bien que spirituelle1 Pierre 2. 4, 5, n’est pas une théorie ; c’est une réalité qui doit être reçue par les yeux, les oreilles et le cœur. Éphésiens 1. 18.

Le mur extérieur : verset 5

La cour extérieure du temple sera ceinturée d’un mur3 (verset 5). Ce mur symbolise la séparation qu’exige la sainteté de la maison de Dieu. Déjà le psalmiste disait : “La sainteté sied à ta maison, ô Éternel !” Psaume 93. 5.

Les trois portes extérieures : versets 6-16, 20-27

Puisque le temple est orienté vers l’est, la description commence par la porte extérieure ouvrant à l’orient (versets 6-16) ; la même description est reprise pour les portes du nord (versets 20-23) et du sud (versets 24-27). Chaque “porte” (ou plutôt chaque portique d’entrée) sera une construction complexe qui ressemblera à une petite maison ; elle comprendra :

  • sept marches à l’extérieur pour accéder à la porte (versets 6, 22, 26) ;
  • une porte (au sens courant du terme), ouvrant sur un corridor ;
  • six chambres (trois de chaque côté) pour poster des sentinelles4 ;
  • un vestibule avec des banquettes ;
  • une porte donnant sur la cour extérieure.

Ce portique servira donc à la fois à assurer la sécurité et le contrôle des entrées.

De même, aujourd’hui, la réception de personnes inconnues dans un rassemblement passe par le témoignage d’autres croyants. Actes 9. 26, 27 ; 18. 27. Nous sommes invités à être vigilants pour éviter que des personnes n’ayant pas la vie ou vivant dans le péché, s’introduisent et nuisent au peuple de Dieu. Actes 20. 29 ; Galates 2. 4 ; 2 Pierre 2. 1.

La cour extérieure : versets 17-19

Un dallage ceinturera la cour extérieure, sur la même largeur que les portiques d’entrée. Sur ce pavement se trouveront 30 “cellules” (ou loges) dont la fonction n’est pas spécifiée. La cour comprendra des portiques de colonnes (42. 6).

Les trois portes d’accès à la cour intérieure : versets 28-37

Au sud (verset 28), à l’est (verset 32) et au nord (verset 35), une seconde série de portiques d’entrée donnera accès à la cour intérieure. Le type de construction est le même que pour les portes extérieures, à la seule différence du nombre de marches (huit ici : versets 31, 34, 37).

Par ces trois portes, Dieu montre qu’on peut aller à lui de plusieurs manières ; mais par cet unique type de porte, il montre aussi que Jésus est le seul chemin vers le Père Jean 10. 9 ; 14. 6.

La cour intérieure sera également ceinturée d’un portique de colonnes (42. 6).

Des équipements pour les sacrifices : versets 38-43

Près de la porte du nord et au-dedans de l’édifice, se trouveront huit tables destinées à la préparation des sacrifices (verset 41). Quatre tables supplémentaires en pierre taillée serviront à entreposer les couteaux pour égorger les sacrifices qui seront ensuite pendus à des crochets doubles fixés au mur du portique nord (versets 42, 43 a).

Tout cela nous fait penser au sacrifice du Seigneur, jugé sur le “Pavé” Jean 19. 13, puis pendu au bois de la croix Actes 5. 30 ; 10. 39 ; Galates 3. 13, hors de la porte. Hébreux 13. 12, pour ouvrir à l’humanité l’accès à la présence de Dieu  Hébreux 10. 19.

Les chambres pour les sacrificateurs : versets 44-47

A côté des portiques d’entrée au nord et au sud, des chambres (ou “cellules”) seront prévues pour les sacrificateurs en service. Pour la première fois, Dieu indique que le service sacerdotal sera exclusivement réservé aux fils d’Aaron, et plus particulièrement à la lignée de Tsadok, le sacrificateur fidèle du temps de David et de Salomon2 Samuel 15. 24 ; 1 Rois 1. 32 ; 2. 35.

Le portique du temple : versets 48, 49

“La maison”, le temple proprement dit, sera divisée en trois parties : le portique, le lieu saint et le lieu très saint.

On accédera au portique par un escalier (verset 49) qui sera orné de deux colonnes. Elles rappellent les colonnes du temple de Salomon  Chroniques 3. 17 : “Boaz” (en lui est force) et “Jakin” (il établira).

Le rituel (rituel du temple d’Ezéchiel) :

Voir ici pour commander

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s