Archives pour la catégorie Architecture sacrée

Corpus hypercubus : de la pierre hyper cubique

Corpus hypercubus est un tableau peint en 1954 par Salvador Dalí ; il représente Jésus crucifié sur le patron tridimensionnel d’un tesseract. Gala, l’épouse de Dalí, y est représentée en une Vierge Marie contemporaine, qui contemple Jésus crucifié. En arrière-plan, la baie de Portlligat. Le tableau est au Metropolitan Museum of Art de New York.

La toile représente un crucifix avec un corps christique lévitant sur la croix. Dalí affirma de cette toile : « je peignis une croix hypercubique sur laquelle le corps du Christ se convertit métaphysiquement en un neuvième cube, en suivant les préceptes et discours sur la forme cubique de Juan de Herrera, constructeur de l’Escorial, inspiré de Ramon Lulle. »

Il y a donc bien 9 cubes.

Lire la suite Corpus hypercubus : de la pierre hyper cubique

L’escarboucle de Chambord

le trescheur et l’escarboucle

François 1er a fait de l’ogdoade et du huit son chiffre royal et le code de ses entreprises, voyons pour quoi et comment mais ceci n’est qu’un liminaire à poursuivre dans le livre « Le nœud mystique ».

Le trescheur est une figure artificielle curieuse du blason composée d’une orle fleurdelysée, quelquefois double, et contrefleurdelysée : les fleurs de lys au nombre de huit (ou de seize) sont alternativement tournées vers le cœur de l’écu ou vers sa bordure. L’enceinte du trescheur signifie l’enceinte sacrée du sanctuaire intérieur à laquelle ne peut avoir accès que l’âme juste, car il faut « passer par la fleur de lys » pour y pénétrer.

Lire la suite L’escarboucle de Chambord

Sur la trace des hommes rouges : des Néphilims aux Grands ancêtres

Les nephilims, nefilims (hébreu : הנּפלים) sont des personnages surnaturels de la Bible. Le mot « nephilim » apparaît deux fois dans la Torah – ou Pentateuque – (Gn 6. 4 [archive] et Nb 13. 33 ), où il est souvent traduit par « géants », mais parfois rendu tel quel. C’est la forme plurielle du mot « nephel » ou « nāphîl » en hébreu. Selon les interprétations, le mot « nephilim » pourrait signifier « ceux qui sont tombés », « ceux qui tombent » (anges déchus), ou « ceux qui font tomber » (qui corrompent les âmes des hommes).

Lire la suite Sur la trace des hommes rouges : des Néphilims aux Grands ancêtres

Sur la trace des hommes rouges : à l’aube de l’humanité

Ils furent connus comme les hommes « aux harpons » et parvinrent dans la vallée du Nil à la fin du paléolithique

Cultes lunaire et solaire : étude comparative

Le choix du rite qu’ont fait les peuples pour manifester leurs croyances a divisé l’humanité préhistorique en deux tendances maîtresses, l’une représentée par le culte lunaire, apanage des peuples communautaires, principalement sémitiques et asiatiques, l’autre par le culte solaire, lequel caractérisait des tendances individualistes et essentiellement occidentales, « boréennes » pour tout dire.

Lire la suite Sur la trace des hommes rouges : à l’aube de l’humanité

Göbekli Tepe et la guerre des étoiles -2

La bataille des étoiles

Perché au sommet d’une montagne avec une vue dégagée sur l’horizon local, il était logique d’envisager la possibilité que les structures mégalithiques de Göbekli Tepe pourraient avoir servi à cibler le mouvement du soleil, de la lune et des étoiles. C’est une question qui a déjà suscité l’intérêt du monde universitaire.

En 2012, Robert Schoch, géologue avec l’Université de Boston, a proposé que les deux piliers centraux des enceintes B, C et D à Göbekli Tepe avaient comme point de visée  le lever de l’étoile d’Orion comme ils auraient pu le faire pendant l’époque de la construction. Aussi attrayant que cela puisse sembler une proposition, et malgré l’importance d’Orion dans les astronomies anciennes les conclusions de Schoch furent rejetées par l’astrophysicien et archéoastronome Giulio Magli de l’Université de Milan. Ayant vérifié les relations de Göbekli Tepe avec Orion à cette époque, Magli découvrit que pour ces alignements puissent correspondre avec les mégalithiques l’ensemble  devrait être au moins plus jeune de 1000 ans que les  estimations, qui suggèrent une fondation pour les enceintes principales autour de  9500-9000 av. JC.

Lire la suite Göbekli Tepe et la guerre des étoiles -2

Shemsou-Hor et les serviteurs d’Horus

Shemsou Hor faisant une sorte de « Haka », poing levé et serré et de l’autre se frappant la poitrine en rythme un genou à terre. C’était le signe de reconnaissance de ces chevaliers venus en civilisateurs. Venus du pays de Pount.

Les Shemsou-Hor arrivaient d’ailleurs… On les connait aussi sous l’appelation des suivants d’Horus. Mais qui sont-ils ? Ils étaient porteurs de la civilisation qui s’établit sur les bords du Nil, ce que confirment toutes les investigations, y compris celles d’auteurs comme Jacques de Morgan, qui fut un jour partisan d’une origine asiatique… Ce sont les premiers initiateurs des égyptiens et ils arrivent de l’au delà des mers.

Lire la suite Shemsou-Hor et les serviteurs d’Horus