Archives pour la catégorie Architecture sacrée

Les Trois Totémisations de Lotus de Païni

Du Totem au Djed : continuité d’une tradition hyperboréenne

A l’origine, le pilier Djed était sans doute le fût d’un arbre ébranché ou un faisceau de gerbes et il jouait un rôle dans les rites agricoles; certains pensent même qu’il s’agirait d’un ancien culte destiné au bétail et qu’il représenterait la colonne vertébrale d’un animal.

Lire la suite Les Trois Totémisations de Lotus de Païni

L’Égypte et le déluge : chronologie brève et chronologie longue (1)

Scène de chasse au boomerang. Le boomerang fut une invention ante-diluvienne nécessitant de très hautes connaissances en matière d’aérodynamique. Le boomerang après avoir frappé l’objet visé lors de sa course revient se poser dans la main de son lanceur. Il fut inventé et laissé en héritage aux aborigènes d’Australie il y a plus de 10.000 ans.

Lire la suite L’Égypte et le déluge : chronologie brève et chronologie longue (1)

Le mystère de la 4ème Pyramide et la Reine pharaonne – 2

Hatchepsout, une autre Reine pharaonne. Fille de Thoutmôsis I, Hatchepsout ne s’est pas contenté de jouer le rôle de régente. En effet, vers 1478 avant JC, elle s’est auto-couronnée et changea son nom en un équivalent masculin, devenant femme pharaon. Dès lors, toutes ses apparitions seront masculines. Elle adoptera le pagne, la coiffe traditionnelle des pharaons ainsi que le bouc.

« Roi de Haute et de Basse Egypte, Mère du Roi de Haute et de Basse Egypte, Fille du dieu, dont on dit toutes les bonnes choses qu’elle a faites, Khent-kaou-es ».

Depuis ses débuts la société égyptienne issue d’Afrique et plus particulièrement de la région des grands lacs à évolué du matriarcat vers une société gynécocratique à parité et symbolisé par le couple royal. Des femmes furent donc également appelées à régner sans que cela ne puisse heurter les mentalités acquises à ces principes de parité.

Lire la suite Le mystère de la 4ème Pyramide et la Reine pharaonne – 2

Le mystère de la 4ème Pyramide et la Reine pharaonne – 1

La présence d’une quatrième pyramide à Gizeh fut mentionnée dès 1737 en particulier par le danois Frédéric-Louis Noren qui l’a de plus dessinée, puis d’autres aux 17 ème siècle et 18ème siècles. Après elle disparait des mémoires. Que s’est-il passé ? aurait-elle servie de carrière pour la ville du Caire ?

Lire la suite Le mystère de la 4ème Pyramide et la Reine pharaonne – 1

La longue marche des enfants de Râ : Kemet

Le nom que les Égyptiens anciens se donnaient, donnaient à leur pays et à notre continent ne laisse aucun doute sur leur race. Ils utilisaient la racine Kam/Kem qui veut dire Charbonné donc Noir. Ce qui est commun à Kemi/Kembou/Kheum/Kala qui signifie charbon/brulé/noir dans plusieurs langues africaines.

C’est ce même Kam qui est à l’origine du mot biblique Cham qui désigne le Noir. Les Egyptiens se désignaient comme Kemtiou, c’est-à-dire les Charbonnés ou Noirs. L’Egypte et l’Afrique étaient désignées Km.t, qui est lu Kemet/Kama/Kamit et signifie pays noir ou encore Kemmiou/Kammiou qui signifie pays des Noirs.

Lire la suite La longue marche des enfants de Râ : Kemet

La pyramide inversée du Louvre et le Merkaba

Axes majeurs et portails temporels
Axes majeurs et portails temporels

La Merkaba (ou Merkavah) est un terme hébreu qui signifie char ou zodiaque (de la racine R-K-B signifiant chevaucher). C’est un des plus anciens thèmes du mysticisme juif. Il s’agit pour le mystique d’accéder à la contemplation de ce trône céleste. Le concept de la Merkaba a son origine dans le premier chapitre du Livre d’Ézéchiel.

Lire la suite La pyramide inversée du Louvre et le Merkaba

Axes majeurs et portails temporels

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 21 €  280 PAGES Couleurs et schémas

Voir ici pour commander

Au sommaire : clés des grands travaux et analyse de trois chantiers : l’Axe majeur de Cergy (axis mundi et bâton de St Christophe), la cour du Palais Royal (portail temporel et le passage de Chiron), l’Arche de la Défense et les Tables de la loi.. suivi des  quatre axes de la Roue d’Alésia avec ses 4 âges. Il s’agit de la première partie d’un travail qui se poursuivra en 2019.

Lire la suite Axes majeurs et portails temporels

Les tours d’énergie en Irlande

Waterford, November

On comptait environ une centaine de ces tours rondes en Irlande et il en subsiste environ une soixantaine : quel était leur rôle sachant qu’elles ne pouvaient servir d’entreposage car trop étroite ni de système militaire défensif.

Saint Antoine, anachorète égyptien, est mort en l’an 356. Les cénobites et les ermites se sont multipliés, dans le désert, à son exemple, après cette date. En 377 est né Saint Patrice, dit Saint Patrick (en celte, le C se prononce K) qui, venant de Lérins, a évangélisé l’Irlande, vers 432, jusqu’à sa mort, en 460. C’est dans ce pays que sont apparus les premiers monastères européens. A partir de 570, Saint Colomban, moine irlandais, fut à l’origine de la fondation de nombreux autres monastères, non seulement en Irlande mais, aussi, sur le continent.

Ces monastères tout neufs, avec des moines de culture celte, ayant conservé les traditions druidiques puisque l’Irlande n’avait pas été envahie par les Romains, ont été implantés de manière à peu près uniforme sur tout le territoire. Les bâtiments conventuels, y compris les églises, étaient érigés, totalement, en bois (et cela jusqu’au huitième siècle). Pourtant, chaque monastère s’est doté, jusqu’au 12ème siècle, d’une tour ronde bâtie en pierres. Au fil des siècles, ces tours ont, toutes, bénéficié de formes et de techniques similaires. Si de petits détails d’appareillage ou de décoration ont varié, d’une époque à l’autre et d’une région à l’autre, la forme de la tour n’a pas changé. Il s’agit d’un tronc de cône d’une hauteur moyenne de trente mètres, de 5 mètres de diamètre moyen extérieur à la base, et de 3,75 mètres de diamètre moyen au sommet, surmonté d’un chapeau conique dont la hauteur est sensiblement égale au diamètre.

Lire la suite Les tours d’énergie en Irlande