Archives du mot-clé Lanternois

L’ancêtre : le club des Hydropathes (2)

gil_blas

L’ancêtre du Chat Noir : le club des Hydropathes

Il convient de porter l’attention sur le plus célèbre cabaret montmartrois : Le Chat Noir. Pour en retracer l’histoire, il faut partir du Quartier latin, notamment de l’activité du club des Hydropathes.

En 1878, Émile Goudeau et son frère Léon louent une salle au premier étage du Café de la Rive Gauche ; il s’agit de la première salle officielle des Hydropathes ; suivront plusieurs autres endroits hébergeant ce groupe d’artistes, souvent renvoyés par les propriétaires à cause du tapage qu’entraînent leurs réunions. Michel Herbert nous dévoile le secret de ce nom si original :

« Le terme plut à cause de son étrangeté et de son euphonie. Il s’était imposé à Goudeau au cours d’une séance du Concert des Champs-Élysées, […] alors que l’orchestre jouait une valse allemande du maestro Joseph Gungl : Hydropathen Waltz. Le poète [Goudeau], qui avait fait dériver Hydropathe du grec Udor patein [sic] pensa y voir une analogie avec son propre nom patronymique. […] Goudeau décrivit l’Hydropathe comme un animal fabuleux aux pattes de cristal (Pathen: pattes. Hydro: en eau cristallisée). Il ajouta qu’une dénomination aussi imprécise avait l’avantage de ne limiter en rien l’acti­vité de la société nouvelle et la laissait libre, au besoin, de modifier ses doctrines initiales

Les soupçonnant de conspiration, la police ne manque pas de leur rendre souvent visite pendant leurs bruyantes réunions ; toutefois, l’activité des concerts, première raison de ces réunions, se poursuit. Ainsi Maurice Rollinat, Georges Lorin, André Gill et Jules Jouy animent-ils les soirées des Hydropathes. À ces artistes, que nous retrouverons au Chat Noir, il faut ajouter la présence de la seule femme dans les cabarets de la rive gauche: Marie Krysinska. Musicienne de talent, elle composait des accompagnements sur des textes de Baudelaire, de Verlaine et des mélodies de chanson. Son intérêt pour le vers libre, selon l’air du temps, la mit en concurrence directe avec Gustave Kahn, qui, lui aussi, se considérait comme l’inventeur de cette nouvelle façon d’écrire. Elle aussi emménagera dans le cabaret de Salis, mettant en musique des poèmes de plusieurs auteurs, parmi lesquels ceux de Gabriel Montoya occupent une place singulière.

Les séances des Hydropathes se déroulent toutes plus au moins de la même façon: le concert est accompagné par des exclamations, des invectives, des disputes qui souvent obligent le musicien à s’arrêter, jusqu’au moment où le pré­sident met fin à la séance en expulsant les tapageurs. Le programme est souvent improvisé et hétéroclite; les Fumistes, animateurs de ces soirées, sont responsables de la plupart des troubles au cours des réunions.

En 1881, Goudeau s’affronte directement avec les Fumistes : désemparés, les Hydropathes essaient alors de se reconsti­tuer sous une autre dénomination, d’abord celle de Mécé­néoliens et ensuite celle des Hirsutes. La véritable réponse à la crise interne que traversent les Hydropathes ne tarde pas. Ils décident de quitter le Quartier latin et de «monter» vers la Butte sacrée, abri des artistes et nouveau centre de la vie intellectuelle parisienne.

artgotique

Au Chat Noir : Montmartre ou « Montjoye » (1)

tournee_chatnoir

Montmartre doit sa renommée principale­ment à la floraison de nombreux ateliers de peintre et de sculpteur, toutefois les musiciens tiennent aussi une place de choix. Installés aux alentours de la Butte, ils profitent du dynamisme qui carac­térise la production artistique et occasionnent une synergie tout à fait originale entre arts figuratifs et sonores dans le panorama parisien de la fin du XIXe siècle. Les cabarets sont in primis les lieux qui témoignent de ces ferments culturels.

Origine et typologie des cabarets

L’étymologie du mot « cabaret » semble provenir du picard cambrette ou camberete via le néerlandais cabret. Après la tradition consolidée au XVIII siècle du café comme lieu de discussion et d’échange d’idées progressistes, le sens origi­naire du mot « cabaret » se transforme, désignant désormais « tous ces endroits où se réunissent, avec le public, poètes et intellectuels, chansonniers et musiciens, peintres et critiques d’art, diseurs de poésies et acteurs».

Concetta Condemi identifie à Paris, entre 1850 et 1890, 396 salles et 600 fonds de commerce utilisés comme lieux de spectacle La clientèle est fortement différenciée, c’est pour cette raison que durant la soirée, des chansons alternent avec des représentations d’arts variés mêlées à des numéros de cirque. Il est aujourd’hui difficile d’évaluer la durée moyenne d’existence d’un cabaret, mais, si l’on en croit les témoignages des contemporains, de nombreux établis­sements disparaissent après seulement six mois ou un an d’activité. Quantitativement les arrondissements les plus riches en salles sont les IXe, Xe et XIe avec 121 salles, suivis par les IIè, IVè, Vè, XVIIIème avec 80 salles.

Souvent considérés comme des lieux de perdition, contraires aux valeurs d’une certaine société sous la IIIe République, les cabarets sont classés en trois caté­gories: d’abord les salles très luxueuses, proches des véritables salles de théâtre (comme l’Eldorado, l’Alcazar lyrique et les Folies Bergère), suivies par les plus modestes (situées principalement sur les Grands Boulevards) et enfin celles que l’on ne désigne pas autrement que comme « innom­mables » (souvent des endroits où la violence et la prostitu­tion étaient de mise).