Stella Mare : la vierge des Avenières

à la cime du Salève et face au Mont Blanc tel un défi, l’œuvre d’Assan Dina défie le temps et nargue les impostures d’aujourd’hui car il s’agit sans doute du seul et vrai message ésotérique laissé à nos contemporains : conçu et voulu par un authentique alchimiste dont nul ne peut ignorer l’histoire de chair et de sang. Tel un grimoire qu’il convient d’ouvrir avec précaution, le message crypté ne se lit qu’avec précaution et à la lumière des arcanes de la Tradition selon des clés bien précises.

M comme MEM ou Marie

On aura enfin remarqué qu’au-dessus du personnage aux deux urnes de l’Arcane XVII la lettre M était discrètement dessinée par des étoiles octogonales  au nombre de 7. Avec la huitième au dessus on obtient le chiffre de la vie soit 64.

En hébreu, la lettre M s’appelle MEM et signifie Mère, le principe féminin, matériel (MA), substantiel. La lettre Mem est l’une des trois lettres sacrées nommées « mères ». C’est aussi le hiéroglyphe de la Vierge et cette lettre contient toute sa signification : l’Eau de l’Abîme primordial dont le souffle de l’Esprit fit naitre l’univers ; en Egypte, la masse d’Eau primordiale était appelée « mw » et s’écrivait comme le signe du verseau par deux lignes brisées superposées. On voit donc au-dessus d’Aquarius discrètement dessiné cette lettre toute mariale.

Le verseau, Arcane XVII

Si les noms d’Isis, d’Athéna, de Marie, interprètes de la Vierge, sont en rapport avec l’Eau, cela tient évidemment à l’influence complémentaire des Poissons. Tous les signes de Terre (plasticité, réceptivité formatrice, fertilité) sont en rapport complémentaire avec les signes d’Eau (dis­solution, fécondation), parce que la réceptivité à l’Essence, fonction commune des éléments Terre et Eau, est inséparable de la dissolution de la forme et de la reformation ou plutôt de la transformation. Mais si le rapport du Taureau et du Capricorne avec leurs signes d’Eau respectifs, Scorpion et Cancer, est étroit, la Vierge semble participer à la fonction même de l’Eau, comme l’indique le nom de MARIE (mare), ainsi que le rôle du Nil dans le mythe d’Isis. Les trois initia­tions majeures d’Isis sont en rapport avec l’eau : le corps d’Osiris est emporté par le Nil ; elle met au monde Horus dans le delta du Nil ; ayant retrouvé le corps d’Osiris, elle le confie de nouveau au Nil.

Illustration of Aquarius the water bearer or carrier zodiac horoscope astrology sign

L’eau purificatrice symbolise toujours le principe dissolvant d’états de conscience encore trop « matériels » et le principe fécondant d’états de conscience supérieurs plus subtils. Ici dans cette arcade il succède au pouvoir non pas dissolvant mais purificateur du feu.

Pour les Égyptiens l’EAU était la Mère du monde, parce qu’elle semait dans l’air les principes féconds dont elle avait été imprégnée par le Soleil. L’Eau est donc, à l’instar de la Vierge, la substance première réceptive et transmissive des germes de l’Esprit, dont le Soleil est le symbole. C’est parce que l’Eau est le premier véhicule du Germe de l’Esprit qu’elle peut féconder la Substance Terre. De même, la. Vierge (Intelligence) porte en elle ce germe de l’Esprit (Verbe) qui lui permet de se féconder elle-même. Elle dissout (Eau) sa volonté propre pour s’unir au Principe de sa formation sur un plan supérieur de réalisation (Terre). Elle est le « Vase d’élection », nom donné à Marie dans le rituel catholique; le creuset alchimique mystérieux où s’élabore l’auto-génération qui se réalisera complètement dans le signe de l’Hermaphrodite : Elle est à la fois Fille, Épouse et Mère du Principe. Grâce à l’activité réceptive for­matrice de l’Intelligence soumise jusqu’au sacrifice de soi à l’influx du Principe hermétique omniscient des Poissons, il naît en elle. Porté par l’Eau, le germe de l’Esprit crucifié dans la Matière (Mater)-Vierge, la féconde, la transforme et la rend capable de « concevoir » au sens propre et figuré le Fils de Dieu, lumière, Logos et de le « mettre au monde ». L’épervier niché dans l’arbre nous le rappelle car il incarne l’âme qui renait après sa dissolution dans l’épreuve de l’eau.

parution 25 juillet, commander ici