Nos grands ancêtres : l’homme de Denisovan

Suite à une importante découverte récente, une raison majeure explique  pourquoi les caractéristiques des Inuits rapportées hérités des gènes de l’homme de Chancelade pourraient être importantes pour notre compréhension des Solutréens et de leurs origines dans les contrées lointaines de l’Est, cette explication provient d’une découverte assez extraordinaire. Il s’agit d’une étude récente de l’ADN des Inuits du Groenland, dirigée par le biologiste Fernando Racimo, docteur en biologie, du New York Gene Center, qui a montré qu’un gène permettant à la population de survivre au froid de l’Arctique a été hérité d’une espèce humaine éteinte connue sous le nom de Denisovans (prononcé deh-NEESE-so-vans), dont le foyer présumé était l’Eurasie centrale, septentrionale et orientale, le sud de la Sibérie en particulier. Cela signifie qu’à un moment donné dans un passé lointain, les ancêtres paléolithiques des Inuits ont dû se croiser avec des Dénisovans, qui avaient développé ce gène essentiel au cours de dizaines de milliers, voire de centaines de milliers, d’années d’existence dans des climats glacés.

 

QUI ÉTAIENT LES DENISOVANS  ?

Réponse : l’homme est le résultat d’une hybridation

 

Comme les Néandertaliens, les Dénisoviens sont classés parmi les humains archaïques, en ce sens qu’ils sont considérés comme les précurseurs des humains anatomiquement modernes (ou Homo sapiens). Les Dénisovans partagent un ancêtre commun avec les Néandertaliens, tous deux s’étant séparés d’un ancêtre commun qu’ils partageaient avec nos premiers ancêtres, quelque part entre 770 000 et 550 000 ans. Les Dénisovans et les Néandertaliens se sont séparés quelque 300 000 ans plus tard, il y a environ 380 000 à 470 000 ans. Cette séparation fortuite a permis à chaque population de se forger des caractéristiques physiologiques uniques, ainsi qu’une mentalité, un génome et une culture matérielle qui lui sont propres.

Pendant plusieurs centaines de milliers d’années, les Dénisoviens et les Néandertaliens ont continué à évoluer dans un monde extrêmement rude, marqué par la concurrence féroce de la dangereuse mégafaune du Pléistocène et par la survenue régulière de cataclysmes naturels, voire cosmiques. En outre, l’hémisphère nord était constamment soumis à des périodes de glaciation extrêmement longues, entrecoupées de périodes interstadiales chaudes, au cours desquelles les températures augmentaient et la flore et la faune locales changeaient inévitablement.

D’après la répartition des restes fossiles de Néandertaliens découverts depuis le milieu du XIXe siècle, il est clair que leurs principaux territoires se trouvaient dans la partie occidentale du continent eurasien, en Europe et dans le sud-ouest de l’Asie en particulier. Cependant, des preuves de leur existence ont été trouvées aussi loin au nord que les régions arctiques de l’Asie du Nord, aussi loin au sud que l’actuel Pakistan, et aussi loin à l’est que le sud de la Sibérie.

L’ASCENDANCE DES DENISOVANS

La répartition géographique des Dénisovans est une question beaucoup plus délicate. Les preuves d’ADN obtenues à partir de populations humaines modernes du monde entier nous indiquent que les Denisovans, ou plus précisément leurs descendants hybrides, ont fini par être dispersés dans plusieurs régions très différentes de la masse continentale de l’Eurasie orientale. On a retrouvé de l’ADN de Denisovan dans des groupes ethniques d’Asie centrale, de Sibérie méridionale, de Mongolie, de Chine, du Vietnam, du Japon, de Corée, d’Inde et du plateau tibétain, ainsi que, plus à l’est, en Mélanésie, aux Philippines, en Australie et dans les îles Salomon du Pacifique Sud En effet, parmi les populations indigènes d’Australie et de Mélanésie, notamment en Papouasie-Nouvelle-Guinée, le pourcentage d’ADN de Denisovan est extrêmement élevé, pouvant atteindre 5 ou 6 %. On l’a également trouvé dans des pourcentages beaucoup plus faibles parmi plusieurs groupes indigènes d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Cela nous indique que les Denisovans et/ou leurs descendants hybrides ont dû pénétrer sur le continent américain avant la submersion finale du pont terrestre de Béringie reliant la Sibérie à l’Alaska vers 8500 avant notre ère.

Couloir de la Béringie

À ce jour, presque aucun ADN de Denisovan n’a été trouvé dans les populations humaines modernes d’Afrique, d’Asie du Sud-Ouest ou d’Europe (à deux exceptions près, le Groenland et la Finlande). Cela ne signifie pas qu’il n’a jamais existé, mais seulement qu’il n’a pas survécu dans une large mesure dans les populations modernes. En effet, à ce jour, très peu de tests ont été effectués pour établir si des restes préhistoriques trouvés en Eurasie occidentale ou en Amérique possèdent de l’ADN de Denisovan.

NOUVELLES DÉCOUVERTES EN SIBÉRIE

La grotte Denisova

En outre, il convient de souligner qu’à ce jour, la seule preuve anatomique connue soutenant l’existence antérieure d’une population indépendante de Denisovan a été la découverte de quatre fossiles humains trouvés dans une seule grotte du sud de la Sibérie (et au Tibet également). Il s’agit d’un bout de doigt (phalange distale) d’une jeune fille (surnommée à l’origine « femme X ») dont l’âge se situerait entre 69 000 et 48 000 ans6, et d’une très grande molaire légèrement plus jeune, âgée d’environ 47 000 ans (+/- 8 000 ans) : En plus de cela, deux autres dents ont été trouvées. L’une est une autre grande molaire, cette fois-ci âgée d’environ 120 000 à 105 000 ans, et l’autre est une dent de lait, la molaire d’une jeune fille, âgée d’environ 12-13 ans à sa mort. Cette dernière a été découverte en 1984 et on pense aujourd’hui qu’elle a 287 000 ans. Toutes ont été trouvées lors des fouilles de la grotte Denisova (N 51°23’51.29″, E 84°40’34.34″), un site archéologique situé dans une falaise rocheuse surplombant la rivière Anui dans les montagnes de l’Altaï du Kraï de l’Altaï en Sibérie russe, près de la frontière avec le Kazakhstan, la Chine et la Mongolie. Les archéologues russes ont commencé à fouiller la grotte dans les années 1970 et au début des années 1980 et ont depuis lors mis au jour des dizaines de milliers d’outils en pierre et de fragments d’os d’animaux couvrant une période de près de 300 000 ans.

Les restes fossiles de Dénisovans trouvés dans la grotte nous indiquent que cette population a occupé le sud de la Sibérie entre 287 000 et 45 000 ans environ avant notre ère (voir ci-dessous), une période qui reflète bien la fourchette de dates des couches archéologiques dans lesquelles ces découvertes ont été faites. Il n’est pas certain que la population ait existé dans la région encore plus tôt. Ce que nous savons, en revanche, c’est qu’il y a environ 40 000 ans, les Dénisovans de Sibérie disparaissent des archives fossiles et cessent d’exister en tant que population indépendante d’homininés, ne laissant que leurs descendants hybrides pour poursuivre leur héritage jusqu’à nos jours.

Occupation de la grotte et répartition de la population

 

L’Homo sapiens ou l’hybridation réussie

Outre la présence de Dénisovans dans la grotte de Denisova, la découverte d’autres fossiles humains archaïques, ainsi que de traces d’ADN, montre que le site a également abrité des Néandertaliens, qui y ont vécu par intermittence entre 193 000 et 97 000 ans. On ne sait pas s’ils ont occupé la grotte aux côtés des Denisovans à un moment donné, mais il est certain que les deux populations ont coexisté dans la même région et ont dû se croiser à plusieurs reprises. Nous le savons depuis l’annonce en août 2018 qu’une lamelle d’os long de deux centimètres trouvée dans la grotte de Denisova six ans plus tôt, en 2012, est celle d’une adolescente hybride Denisovan-Néandertal de première génération ayant vécu il y a environ 90 000 ans. L’enfant, à qui l’équipe de génétique de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive de Leipzig, en Allemagne, chargée de séquencer le génome de l’os, a donné le nom de Denny, s’est avérée avoir un père Denisovan et une mère Néandertalienne.

La découverte dans la grotte de Denisova, en 2010, d’un os d’orteil appartenant à une jeune femme néandertalienne (surnommée plus tard « Néandertalien de l’Altaï »), qui vivait il y a environ 123 000 ans, a permis d’approfondir nos connaissances sur l’introgression entre Denisovan et Néandertalien dans le sud de la Sibérie. Cependant, alors que l’introgression avec les Dénisovans s’était presque certainement produite dans le sud de la Sibérie, peut-être même dans les environs de la grotte de Denisova, l’introgression avec les humains modernes avait eu lieu, très probablement, dans le sud-ouest de l’Asie, à la suite des premières excursions de nos ancêtres en dehors du continent africain.

Finalement, les Néandertaliens du sud de la Sibérie auraient été assimilés à la population de Denisovans de la région, qui, avec l’introgression des humains modernes, qui a commencé après notre première entrée dans la région il y a environ 45 000-40 000 ans, a créé une population en expansion constante d’hybrides Denisovans-Néandertaliens-humains modernes de différents mélanges. Ils ont ensuite peuplé de grandes parties de l’Asie de l’Est, du Sud et du Nord, ainsi que les Amériques.

à suivre dans le livre ..

T2

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s