Archives pour la catégorie Tradition primordiale

Hermès, le caducée et l’arbre de vie – Ningishzida

En grec, le caducée s’appelait kêrukeion, désignant littéralement l’insigne qui permettait de reconnaître les hérauts (à ne pas confondre avec les héros). Qu’est-ce qu’un héraut ? Selon le dictionnaire, on remarque deux significations à ce terme : « personnage ayant rang d’officier ou de prêtre, chargé de certaines annonces officielles, notamment des déclarations de guerre, des défis et parfois des pourparlers de paix ou « annonciateur et défenseur d’une idée nouvelle ». Caduceum est le même mot que le grec Kerykeion (= emblème du Keryx, c’est-à-dire du héraut).

Lire la suite Hermès, le caducée et l’arbre de vie – Ningishzida

L’héritage de la Tradition Primordiale par les peuples de l’Altaï

Avant l’Olympe il y avait TENGRI; Symbole du tengrisme.Tengri (du vieux turc : 𐱅𐰭𐰼𐰃, () ; kazakh : Тәңір (Täñir, dieu) ; Mongol bičig : ᠲᠡᠨᠭᠷᠢ, translit. : Tengri ; mongol cyrillique : Тэнгэр, translit. : Tenger ou mongol cyrillique : Тэнгэрээ, translit. : Tengeree ; Iakoute : Таҥара, translit. Tangara ; Karatchaï-balkar : Тейри ; bulgare : Тангра, translit. : Tangra ; azéri : Tanrı) est le nom donné à l’éternel ciel bleu (mongol : хөх Мөнх Тэнгэр, Khökh Mönkh Tenger) ou encore Ciel-Père (mongol : эцэг тэнгэр, ečeg tenger), en binôme avec la Terre-Mère (mongol : эх газар, ekh gazar) ou encore Etügen ekh (Этүгэн эх), dans le tengrisme, religion des peuples nomades d’Asie centrale. C’est le nom de la divinité principale dans cette religion, donné par les premiers peuples turcs (Xiongnu, Huns,

« La création d’un mythe est l’observation minutieuse et impartiale de processus au sein du monde naturel qui se déroule sur des siècles. La création de mythes est une façon de morceler les connaissances stratégiques afin qu’elles puissent être transmises à travers le temps à l’époque où elles sont le plus nécessaires. » A.N. Dmitriev

Lire la suite L’héritage de la Tradition Primordiale par les peuples de l’Altaï

La Magie des élus coëns

Ecce homo ! le cavalier de la Mancha

Martines de Pasqually, mage et thaumaturge, rabin itinérant et capitaine d’arme

Dans la dernière partie de mon article j’évoquais les Maitres bâtisseurs des cathédrales à l’ombre de la Kabbale… avant de les retrouver en Écosse à Rosslyn, point de départ d’une nouvelle aventure. Mais c’était oublier une comète surgie de nulle part comme un dernier feu avant l’extinction finale d’une grande Tradition. Et ce dernier feu (de la sixième heure) n’est autre que Martines de Pasqually ou plutôt Joachim de la Casa de la Tour. Il est temps de vous introduire à ce singulier personnage digne de Cervantes car il est le dernier éclat de cette tradition hispano-juive héritée de la diaspora juive qui vit les plus grands kabbalistes migrer vers Narbonne (à  Lunel) et le sud de la France. Pour ce faire nous avons emprunté à Serge Caillet qui en est le meilleur connaisseur à ce jour avec le regretté Robert Amadou. (Martines de Pasqually, éditions Signatura)

Lire la suite La Magie des élus coëns

MAHHABONE et le mot de Maitre

Tablier en M.B.

Historique

Historiquement selon l’érudit Claude GUÉRILLOT on constate un système trigradal dès 1700, parallèle­ment à un système digradal qui sera celui adopté par les «Moderns» à la constitution de la première Grande Loge en 1717 ; Ces derniers commencèrent à pratiquer un système Apprenti-Compagnon-Maître aux alen­tours de 1725, officialisé en 1731. L’orientation trop déiste de cette première Grande Loge, autant que l’inversion des mots d’Apprenti et Compagnon et autres modifications décidées par les «Moderns», pro­bablement à la suite des divulgations de Pritchard, poussa de nombreuses loges à se retirer de l’Obédience récemment créée puis à rejoindre progressivement à partir de 1751  la nouvelle Obédience des «Antients» créée par des Francs-Maçons d’origine irlandaise.

Lire la suite MAHHABONE et le mot de Maitre

d’Hadramaoût à Agadir, à la recherche du pays de Pount

Kasbah

D’Adramaoût à Agadir : le secret des Kasbah (1/3)

« Une foule de ksour, masses brunes ou roses hérissées de tourelles… bordent toute la vallée du Draa. Point de murs qui ne soient couverts de moulures, de dessins, et percés de créneaux … les maisons les plus pauvres même sont garnies de clochetons, d’arcades, de balustrades à jour.« 

Charles de FOUCAULD, Reconnaissance au Maroc. Note en date du 21 avril 1884.

Lire la suite d’Hadramaoût à Agadir, à la recherche du pays de Pount

Le legs alchimique des franciscains : Cimiez

Roger Bacon, docteur Mirabilis

L’ordre des Frères mineurs (O.F.M.) (en latin : ordo fratrum minorum), dont les membres sont couramment appelés franciscains, est un ordre religieux catholique né en Italie sous l’impulsion de saint François d’Assise en 1210. À l’imitation du Christ, les membres tentent de vivre une vie de grande pauvreté et simplicité évangélique. Insistant sur l’aspect de fraternité dans leur vie les franciscains ont choisi de s’appeler « frères ».

Quatre penseurs ont marqué l’histoire des franciscains : saint Bonaventure de Bagnoregio, Roger Bacon, Jean Duns Scot et Guillaume d’Ockham et Raymond Lulle.

La définition de l’alchimie selon Roger Bacon :

Pour cet auteur, le soufre et le mercure étaient des esprits métalliques dont le nombre varia au cours de l’histoire. Il en reconnaissait quatre: outre les deux plus importants, l’orpiment et le sel. «C’est avec ces quatre esprits que se prépare la teinture, appelée en arabe élixir et en latin fermentum, employée à opérer la transubstantiation des métaux en argent ou en or».

Lire la suite Le legs alchimique des franciscains : Cimiez

La chasse au Lion vert à Bussy Rabutin : du Vitriol des sages

Roger de Bussy, comte de Rabutin

Fulcanelli nous avez révélé la véritable personnalité d’un grand philosophe et initié dont l’œuvre, mutilée à dessein, devait embrasser l’étendue de toute la science : Cyrano de Bergerac. Et afin de différencier cet hermétiste de l’image de bretteur grandiloquent que la pièce d’Edmond Rostand nous légua, Fulcanelli le baptisa : de Cyrano Bergerac. D’une année son cadet, le propriétaire du château se nommait Roger, Comte de Bussy Rabutin. Au service de l’armée française, il participa à la campagne des Flandres où Cyrano fut blessé en 1640, durant le siège d’Arras. Au moment où le Comte de Bussy Rabutin laissait son testament philosophal sur les murs de son château Sir Isaac Newton découvrait de son côté la voie du Mercure (Nous en reparlerons) dont découlera la théorie de la gravitation universelle qui n’en déplaise à certains une conséquence des réflexions alchimiques de Newton.

Lire la suite La chasse au Lion vert à Bussy Rabutin : du Vitriol des sages