Archives pour la catégorie Tradition primordiale

La rose de Bruxelles et les 7 lignages

En 1413 les Bruxellois venaient de se bâtir un hôtel de ville sur douze arcades, sculptées semblablement de sujets mystérieux. On se hâta de l’achever sur sept, en ce compris la tour marquant la réussite de l’Œuvre, commune aux deux voies. Puis on hissa au Faîte l’archange Mercure, sans omettre de lui sceller sous le talon, pour l’édification des générations à venir, une médaille du pape Martin V, qu’on disait avoir été frappée dans du métal précieux obtenu au fourneau.

Lire la suite La rose de Bruxelles et les 7 lignages

Templum Druidorum -1

Wuilliam Stukeley connu aussi sous son nom de Chyndonax, grand druide du Druidic ordre restauré à Londres en 1717. Il tient ici une branche de chêne.

Le présent travail sera exposé en deux voir trois parties :

  1. L’invisible college et les Rose-Croix
  2. Réveil du druidisme : Le bosquet sacré de Mount Haemus
  3. William Stuckeley et le réveil de Chyndomax

Lire la suite Templum Druidorum -1

Alchimie druidique et hyperboréenne

Ésus abattant un arbre. C’est une divinité de la mythologie celtique gauloise, mentionné, avec Teutatès et Taranis, dans la Pharsale de Lucain (Ier siècle).

Origine forestière de l’Alchimie

De la Gaule chevelue et des origines celtes de l’alchimie

Mircea Eliade a très bien développé ce point : l’homme, par ses activités d’Homo faber, fait les mêmes opérations que la nature sur les bases de l’observation, mais il contracte temporellement les processus naturels par des processus préindustriels qui lui font obtenir des résultats plus rapides que s’il avait laissé faire la nature. En contractant le temps, l’homme accélère son propre processus d’évolution, ce qui sera une des caractéristiques majeures de l’humanité jusqu’au centre de notre modernité basculant vers le troisième millénaire, où ce phénomène d’accélération apparaît maintenant comme exponentiel et sans fin sinon celui de la Noogenèse et son point d’ignition escompté.

Lire la suite Alchimie druidique et hyperboréenne

L’Alchimie et les alchimistes

à paraitre en mars 2020

pour commander voir ici

En complément à la trilogie consacrée à l’Adepte il nous a paru utile de compléter notre travail par cette édition d’un ouvrage important d’autant plus que Guillaume Louis Figuier était un proche de l’Adepte Fulcanelli qui le cite à plusieurs reprises. Quelques mots sur ce personnage qui fut bien plus qu’un vulgarisateur. Ayant débuté par une prometteuse carrière scientifique en pharmacie, chimie, physique, celle-ci s’achève par son affrontement avec Claude Bernard en 1854. Après cet échec, il se consacre entièrement à la vulgarisation de qualité et créa une revue ancêtre de ce qu’est aujourd’hui « Science et vie » ..

Lire la suite L’Alchimie et les alchimistes

La nouvelle Gnose de la Permatradition

René Guénon au Caire

L’école pérennialiste

A son corps défendant René Guénon fut à l’origine d’une école que l’on qualifié de « pérennialiste ». Rejetant l’idée de progrès et le paradigme des Lumières, les auteurs pérennialistes décrivent le monde moderne comme une pseudo-civilisation décadente, dans laquelle se manifestent les pires aspects du Kali Yuga (l’âge sombre de la cosmologie hindou). À «l’erreur moderne», les pérennialistes opposent une sagesse immuable d’origine divine, une «Tradition Essentielle», transmise depuis l’origine de l’humanité et restaurée en partie par chaque fondateur d’une nouvelle religion. Les pérennialistes ont une définition toute spécifique de la «Tradition». Elle implique l’idée d’une transmission (tradere), mais pour Guénon et ses continuateurs, la tradition n’a pas une origine humaine et peut être reconnue comme un ensemble de principes révélés et reliant l’homme à son origine divine.

Lire la suite La nouvelle Gnose de la Permatradition

L’œil pariétal et la glande pinéale : la vision intérieure

Le troisième œil ou œil pinéal ou encore œil pariétal est un organe photosensible situé sur le haut du crâne de certains reptiles et amphibiens. Il existerait de manière vestigiale chez l’homme sous la forme de la glande pinéale.

Pendant longtemps, la glande pinéale, dans laquelle Descartes avait placé le siège de l’âme, était resté énigmatique. Les études d’anatomie comparée et d’embryologie ont démontré que cette glande est le résultat d’une évagination du plafond du thalamencéphale et qu’elle est un œil avorté, le troisième œil des vertébrés. En effet, on retrouve cet œil médian chez les larves d’Ascidies et chez les Pyrosomes adultes. Chez plusieurs Lézards (Hatteria, Anguis fragilis, Lacerta vivipara, etc.), cet œil pariétal comprend une cornée, un cristallin, une rétine. Véritable œil, il est relié au cerveau par un pédicule comparable au nerf optique et vient se loger sous la peau du crâne en passant à travers le trou pariétal qui existe dans le crâne de ces espèces et qui est beaucoup plus développé encore chez les grands Sauriens (Ichthyosaures, Plésiosaures, etc.). Chez les Amphibiens cette communication se trouve déjà interrompue pendant la période embryonnaire, par suite de l’oblitération du trou pariétal, et, chez les Oiseaux et les Mammifères, la glande pinéale demeure dans le crâne. Chez l’homme on peut comparer la glande pinéale au compteur ordinal du microprocesseur celui qui donne le rythme et fait avancer le programme selon sa fréquence (impulsion du à la vibration du cristal).

Lire la suite L’œil pariétal et la glande pinéale : la vision intérieure

Les secrets de Palenque : Proxima du centaure 3/4

Nous donnons ici les résultats de la recherche de Maurice Cotterelle qui arrive au final à situer l’autre système planétaire et selon lui et son équipe il n’y a pas de doute, il s’agit bien de Proxima du Centaure, le système solaire le plus proche du notre. Nous résumons ici brièvement le parcours effectué. Comme nous le comprendrons le décodage est effectué en utilisant le principe du kaléidoscope, aucun élément  n’a été rajouté ou supprimé, il suffit d’opérer avec des effets miroirs et des rotations. Au départ nous ne prenons en considération que les triplets et les croix de la dalle pour en dresser une cartographie.

Lire la suite Les secrets de Palenque : Proxima du centaure 3/4

Les secrets de la dalle de Palenque : code X 2/4

Le magnifique couvercle de Palenque est une dalle de calcaire mesurant 3,5 m par 2 m, qui couvre le sarcophage de Pacal le Grand. Plus large que l’entrée de la tombe, le couvercle a dû être réalisé et positionné — probablement en même temps que le sarcophage et la chambre funéraire — avant la construction de la pyramide. On pense maintenant que Pacal a conçu sa propre tombe et a fait débuter sa construction vers 675.

Lire la suite Les secrets de la dalle de Palenque : code X 2/4