La Béringie et la terre du milieu : sur les traces des hyperboréens en Amérique

Ultima Thulé

Pour le lieu de formation du peuple indo-européen, plusieurs indices engagent à chercher beaucoup plus au nord ; diverses traditions concordent sur ce point. Au commencement « les Tuatha Dé Danann étaient dans les îles au nord du monde, apprenant la science et la magie, le druidisme, la sagesse et l’art ». Ces « îles fortunées », séjour des bienheureux, sont situées près du pôle, comme cette île d’Ogygie « où l’on voyait le soleil de minuit ». A l’autre extrémité du domaine, le Véda et plus nettement encore l’Avesta font écho : cet « habitat des Aryens » qui était initialement « le premier des pays excellents », mais où aujourd’hui l’hiver dure dix mois, évoque irrésistiblement le Grand Nord.

L’homologie entre le jour de vingt-quatre heures et l’année ne se comprend que si cette dernière se compose d’un long jour et d’une longue nuit. Cette « longue nuit » appartient aux démons : « Quand le soleil ne se lève pas, les démons détruisent tout ce qui existe dans les sept parties de l’univers » (Yt., 6.3), notation qui, on l’avouera, convient mieux à la nuit polaire qu’à un jour sombre de nos climats. Ces traditions avaient jadis conduit Tilak à émettre, dans le scepticisme général, l’hypothèse d’un habitat cir­cumpolaire des Indo-Européens. E. Krause était parvenu à la même conclusion à partir d’autres données. Il s’est confirmé depuis que la « longue nuit » polaire tient une place importante dans la vision du monde des Indo-Européens. Anciennement, cette partie nocturne s’étendait sur deux mois : d’où les années de dix mois lunaires comme l’année romaine et l’année germanique primitives. Cette partie nocturne s’est réduite à douze jours, sans doute par assimi­lation aux douze jours d’écart entre l’année lunaire et l’année solaire, quand on a su le calculer. Aux Douze Jours du folklore occidental (germano-celte) correspondent les douze jours que passent les Rbhus, dieux védiques dont le nom correspond à celui des Alfes germaniques, à dormir chez Agohya (« celui qui ne doit pas rester caché », désignation significative du soleil ; et les douze jours pendant lesquels les dieux d’Homère festoient chez les Ethiopiens. D’où aussi l’importance de la mythologie de l’Aurore et particulièrement des mythes d’Aurores captives er délivrées, endormies et éveillées ou de « mauvaise Aurores » qu’’il faut contraindre à laisser la place  au soleil — tous mythes qui n’auraient guère de signification s’il s’agissait de l’aurore quotidienne. Hypothèse qui vient d’être reprise en considération sur des bases toutes différentes par F. Bourdier : « Vers — 12.000 commence le réchauffement climatique qui caractérise l’époque actuelle ; le Post-Würm des géologues. Elle débute par une période d’instabilité, entre — 10000 et — 8000, avec deux retours du froid. On peut supposer que certains hommes du Würm final, très adaptés au gibier des steppes neigeuses, ont pu suivre les rennes dans les plaines péri-arctiques nouvellement libérées des glaciers ; il y avait déjà, peut-être, une sorte de symbiose entre la troupe de rennes et celle des hommes, comme naguère dans le Grand Nord européen. Ces émigrés nordiques ont-ils été la souche lointaine des Indo-Européens ? Les fouilles alliée à une linguistique comparative plus fine ont fini par parler et nous livre « le Midgard » ou Terre du milieu de la Tradition Primordiale qui n’est autre que la Béringie autrefois aussi vaste que l’Europe sinon plus.

Mamouths dans les steppes de la Beringia Les Paléoarctiques sont les tout premiers humains à avoir posé le pied en Amérique du Nord. Au cours des derniers millénaires de la dernière période glaciaire de la Terre, les Paléoarctiques se sont déplacés de la Sibérie orientale jusqu’à l’extrême limite de l’Alaska, à environ 1 000 kms du pont terrestre de Béring (également connu sous le nom de Béringie), un paysage qui n’existe plus car il a été englouti par la mer. Seuls humains dans un paysage entièrement nouveau, les Paléo-arctiques ont rapidement répondu à la question de la survie en maîtrisant les brèves fenêtres d’abondance saisonnière : baies et bisons d’automne, wapiti (élan), caribous, mouflons de Dall et sauvagine de printemps. Pendant l’obscurité presque totale de l’hiver, ils ajoutaient à l’abondance des autres saisons la chaleur des fourrures des loups, des renards et des marmottes. Mais dans la clarté du jour de l’été, ils ont tiré le meilleur parti de l’abondance du saumon qui étouffait les rivières de l’Alaska, devenant ainsi les premiers d’une longue lignée d’Alaskiens qui utiliseraient le poisson comme principale source de nourriture. L’ajout de la pêche à leur arsenal alimentaire a permis aux peuples du Paléarctique de prospérer pendant près de 6 000 ans et de se répandre avec succès sur toute l’étendue de l’Alaska, en tirant parti de ses rivières en cours de route.

La Beringia

Le détroit de Béring est aujourd’hui une étendue d’eau relativement peu profonde entre la Russie et l’Alaska. Il s’est partiellement asséché au cours de certaines de ces périodes, produisant une vaste étendue de terre qui unissait l’Asie du Nord-Est aux Amériques. La région abritait un large éventail d’animaux adaptés au froid et, à certaines périodes, des êtres humains. Cette masse de terre est désignée sous le nom de Béringie ou Beringia. Aux époques où les mers étaient plus basses d’au moins 150 mètres, elle s’étendait sur environ mille kilomètres du nord au sud (à peu près la distance entre Ottawa et Winnipeg ou entre San Diego et Seattle).

Parce que cette terre s’étendait de part et d’autre de la ligne de partage actuelle entre l’Eurasie et les Amériques, on l’appelle aussi le « pont terrestre du détroit de Béring ». On sait aujourd’hui que certaines plantes et certains animaux qui y vivaient (y compris les humains) ont « migré vers les Amériques depuis la Sibérie » par cette « route », même si eux-mêmes n’avaient probablement pas l’impression de faire autre chose que de s’occuper de leurs affaires et de chercher de la nourriture dans le paysage aujourd’hui disparu où ils vivaient.

Les scientifiques s’efforcent aujourd’hui de comprendre les  » paléo environnements  » de la Béringie. Ces recherches devraient nous aider à déterminer quels animaux et quelles plantes s’y trouvaient aux différentes époques où la région se trouvait au-dessus du niveau de la mer, et quels facteurs environnementaux ont pu être propices à un mouvement « transcontinental » à long terme des plantes et des animaux (ainsi que des microbes et des virus, d’ailleurs). Une grande attention fut donnée aux possibilités d’environnements de steppe ou de toundra dans cette région. La plupart des premières populations humaines des Amériques descendent des peuples qui vivaient en Béringie au fil des générations ont « traversé » la Béringie, de sorte que lorsque les eaux ont fini par remonter, leurs descendants habitaient du côté américain. Notre reconstruction du peuplement du Nouveau Monde dépend donc en partie de la connaissance des périodes pendant lesquelles la Béringie était hors de l’eau et disponible pour l’habitation.

La Route intérieure

Le même temps froid qui a abaissé le niveau de la mer jusqu’à 150 mètres en dessous de son niveau actuel a également produit des glaciers sur une grande partie du nord de l’Amérique du Nord. Cependant, pendant certaines périodes où la Béringie elle-même était disponible, un large « corridor » non glaciaire s’étendait vers le sud-ouest sur le côté est des Rocheuses canadiennes, même si la zone située le long de la côte de l’Alaska et de la Colombie-Britannique était couverte de glace. Le corridor intérieur libre de glace suivait le bassin du fleuve Mackenzie dans les Territoires du Nord-Ouest et est donc appelé le « corridor du Mackenzie ». Il aurait pu, en théorie, constituer une voie intérieure possible pour la migration humaine vers le sud, bien qu’il n’y ait aucune preuve qu’il ait été utilisé de cette façon. (L’important site de Charlie Lake Cave dans le nord-est de la Colombie-Britannique [lien externe] date d’environ 8 800 avant J.-C., les humains étaient donc dans la région à cette époque, mais les preuves archéologiques semblent indiquer qu’ils venaient plus probablement du sud que du nord).

La Route côtière

À d’autres périodes, les glaciers recouvraient le corridor du Mackenzie, mais pas la côte ouest du continent nord-américain, ce qui offrait une route côtière potentielle pour une éventuelle migration, soit à pied, soit en partie en utilisant de simples embarcations et en vivant des ressources de la mer côtière. Une fois encore, il existe peu de preuves qu’une telle route ait été effectivement utilisée. Dans le cas de la route côtière, on pourrait s’attendre à ce que les rares vestiges d’établissements côtiers préhistoriques soient aujourd’hui sous l’eau, puisque les hautes mers modernes auraient recouvert les anciennes côtes, et il est donc difficile d’imaginer que nous aurons un jour des preuves solides de cette voie de migration.

Une tentative d’étude du terrain côtier de cette région tel qu’il était vers 10 000 avant J.-C. a utilisé une carte bathymétrique pour localiser les zones de collecte d’échantillons sous-marins pouvant être datés au carbone 14. Cela a fourni des preuves de l’existence de forêts côtières qui couvraient la région à cette époque, même si quelques milliers d’années plus tôt, la région aurait été gelée. On a même retrouvé un outil en pierre datant d’environ 8 000 ans avant J.-C. à un niveau situé 53 mètres sous le niveau actuel de la mer. En 2018, des empreintes de pas humains découvertes sur l’île Calvert, en Colombie-Britannique, ont été datées d’environ 11 000 av. J.-C., soit les plus anciennes empreintes humaines connues en Amérique du Nord. Ces découvertes suggèrent des populations humaines continues dans ces zones côtières, et augmentent la probabilité d’un modèle qui verrait la côte comme ayant également été une  » route de migration  » précoce vers les Amériques.

Les dates :

Les dates suivantes résument la disponibilité de routes dégagées pour la migration humaine vers le sud de la Béringie pendant la période glaciaire. Pendant les périodes « chaudes » de fonte des glaciers et de haute mer, lorsque la Béringie elle-même était submergée, les routes côtières et intérieures étaient naturellement libres de glace. Bien que le graphique suggère une distinction binaire entre « ouvert » et « fermé », c’est trop simpliste : « ouvert » n’est pas toujours aussi invitant, comme le montrent clairement les variations du niveau de la mer et l’écologie des forêts côtières.

D’après les informations paléoclimatologiques fournies ici, il semble que l’hypothèse d’une route côtière soit plus forte que celle d’une route intérieure, et que l’on puisse considérer que la période 22 000-15 000 avant J.-C. est la plus probable pour cette migration initiale, 38 000-34 000 étant une hypothèse provocante de début de migration.

  •  -30 000 ancêtres de locuteurs amérindiens (aujourd’hui répartis sur la quasi-totalité du continent américain)
  • 9,000 -12 000 ancêtres des locuteurs Na-Diné (répartis sur la moitié nord de l’Amérique du Nord)
  • – 4,800 -5 400 ancêtres des locuteurs Eskimo-Aleut (« Eskaleut ») (répartis dans la partie la plus septentrionale de l’Amérique du Nord)

Si nous combinons les dates paléoclimatologiques avec les dates linguistiques et génétiques, nous constatons que la route intérieure était « ouverte » environ 4 000 ans avant le moment où les « horloges » linguistiques et génétiques ont indiqué que ces événements se seraient produits. On peut penser que cela pourrait être le résultat d’une erreur dans la fixation des dates pour les preuves linguistiques et génétiques, ou que cela pourrait simplement signifier qu’une route nouvellement ouverte n’a pas été immédiatement peuplée. En 2010, les recherches sur l’ADN indiquaient en effet des dates quelque peu antérieures, les migrations distinctes des Eskaleut et des Na-Diné ayant eu lieu il y a environ 18 000 ans (16 000 avant J.-C.), lorsque le pont terrestre et la route maritime étaient tous deux négociables :

  • – 30,000 ancêtres des locuteurs amérindiens (aujourd’hui répartis sur la quasi-totalité du continent américain)
  • –  16.000 ancêtres des locuteurs Na-Diné (répartis sur la moitié nord de l’Amérique du Nord)
  • – 16.000 ancêtres des locuteurs Eskimo-Aleut (« Eskaleut ») (répartis dans la partie la plus septentrionale de l’Amérique du Nord)
Il y a plus de 20.000 ans. Les hyperboréens en Amérique, la culture dite de Clovis

 

Les vestiges d’une ancienne civilisation disparue : la même que celle qui érigea les mégalithes en Bretagne et le long de la côte européenne.

Les mégalithes du Montana

Les mégalithes du Montana : certains linteaux comportent des inscriptions phéniciennes ou celtes, évoquant notamment le Dieu Bel [BAWL] « The Shining God », Belenos pour les celtes. Mais ce sont des réinscriptions tardives.
Cartes des implantations

Carte des principaux sites archéologiques datant de – 13 000 à – 12 700 ans dans les Amériques. Les zones ombragées pleines en Amérique du Nord indiquent la distribution de Clovis. Les couleurs indiquent les densités élevées (marron), modérées (orange) et faibles (jaune) d’artefacts Clovis. Tous les sites Clovis datés au radiocarbone sont étiquetés et représentés par des points rouges. Les sites Clovis précoces proposés, Aubrey et El Fin del Mundo, sont représentés par des triangles violets. La région hachurée désigne l’étendue géographique de la Western Stemmed Tradition. Les sites clés de la Western Stemmed Tradition sont indiqués par des carrés verts et sont étiquetés. La région vert foncé en Amérique du Sud désigne la plus forte densité de pointes de projectiles en queue de poisson, qui sont moins fréquentes dans les zones ombrées vert clair. Les sites clés du Pléistocène tardif et tous les sites datés de pointes en queue de poisson sont désignés par des losanges jaunes. Les montagnes Rocheuses et la cordillère des Andes sont représentées en violet. Sont également représentées les pointes de projectiles typiques de Clovis, de la tradition occidentale à tige et de la queue de poisson.

Pipe stone Dolmen (Montana, USA)

 

Voir ici la suite

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s