Les déplacements de l’écorce terrestre et la migration des pôles

Il y a 12 900 ans, une grande extinction a eu lieu en Amérique du Nord et tout autour de l’actuel cercle polaire plus connu dans la Tradition sous le nom d’Hyperborée. Tous les animaux pesant plus de 500 kilos ont disparu en même temps que la culture paléolithique dite de Clovis. L’extinction a coïncidé avec une période de refroidissement global qui a duré 1 300 ans, appelée le refroidissement du Younger Dryas. Mais il n’y eut pas que les animaux et une civilisation brillante de plusieurs milliers d’années disparut également. Les quelques survivants tentèrent de transmettre ce qui avait subsisté et qui fut recueilli sous le nom de Tradition Primordiale.

La théorie des déplacements de la croûte terrestre

 

Charles Hapgood

Après avoir lu le titre, vous pourriez vous demander « Existe-t-il réellement des déplacements de la croûte terrestre ? ». La réponse à cette question est donnée dans les lignes qui suivent.

Au début des années 60, la théorie des déplacements de la croûte terrestre a été reléguée par le monde universitaire dans les coins de la pseudo-science, après que la théorie de la tectonique des plaques de Wegener ait été confirmée par des preuves trouvées au fond de nos océans.

Le professeur Charles Hapgood a affirmé que la croûte terrestre, qui est relativement mince et légère (partie de la lithosphère), pourrait se déplacer au-dessus de la couche de magma chaud et fondu (asthénosphère) sur laquelle elle est censée flotter. Les scientifiques ont par la suite affirmé qu’il n’existe aucune force suffisamment puissante pour rendre possibles des mouvements aussi radicaux de la croûte et que seuls les mouvements très lents des plaques tectoniques influencent la croûte terrestre, et donc les événements climatiques. Il n’y a effectivement pas de force assez puissante pour rendre possibles des mouvements radicaux très rapides de la croûte, comme le suggère Hapgood, mais il avait finalement raison lorsqu’il a dit que les déplacements de la croûte terrestre sont possibles. Un autre l’avait précédé en ce sens, il s’appelait Jules Violle plus connu aujourd’hui sous son nom de plume FULCANELLI.

Les théories dominantes entraînent trop de contradictions

À première vue, il semble que la vision scientifique dominante actuelle soit viable pour la plupart des phénomènes dont nous sommes témoins sur terre. Les archives géologiques fournissent des preuves irréfutables que des fluctuations climatiques spectaculaires se sont produites tout au long de l’histoire de notre planète.  Charles Hapgood a conclu l’ensemble de son œuvre avec son livre Earth’s Shifting Crust – A Key to Some Basic Problems of Earth Science. Son livre est intéressant à lire, écrit dans un langage simple.

Les preuves géologiques suggèrent que le climat a connu des périodes très douces, pratiquement d’un pôle à l’autre. Mais comment cela est-il possible lorsque le soleil est considéré comme la seule source de chaleur ? Comment le soleil peut-il chauffer les pôles ? Cette idée semble n’être possible que lorsque la terre est chauffée de l’intérieur, par convection. Les conclusions de Hapgood donnent suffisamment de raisons pour mener des recherches approfondies sur cette question, afin de trouver la vérité.

L’excentricité de la dernière période glaciaire appelle de façon urgente à une explication rationnelle. Alors que de nombreux scientifiques croient encore que le dioxyde de carbone a causé et cause encore le réchauffement climatique, d’autres scientifiques pensent que les périodes glaciaires ont été causées par les cycles de Milankovitch. Pourtant, personne ne semble jamais avoir fait d’analyse ou de calcul significatif concernant l’effet que ces cycles auraient sur une sphère en rotation comme la Terre.

Les calottes glaciaires de la glaciation se sont formées de manière concentrée autour du Groenland. 

Des changements radicaux nécessitent des forces radicales ou vice versa. Après avoir pris connaissance de la théorie d’Hapgood, vous serez peut-être convaincu que les déplacements de la croûte terrestre sont la seule explication crédible de nombreux phénomènes tels que :

 

  1. l’apparition et le déclin soudains des glaciations
  2. l’excentricité des calottes glaciaires récentes par rapport aux géopôles
  3. le fait que le Groenland était vraiment vert et couvert d’une riche flore il y a environ 450 000 ans
  4. l’extinction soudaine de la flore et de la faune
  5. l’émergence soudaine de nouvelles espèces.

Le traité de Hapgood est beaucoup plus détaillé et profond que les quelques sujets présentés ici. Son style de recherche est original, intelligent et très controversé. Ce sont des idées vraiment hors du commun.

Les dépôts de glace se développent de façon concentrique autour du pôle, à moins qu’un phénomène, tel que le Gulfstream chaud, ne le rende acentrique, comme on peut le voir sur le pôle Nord en mars.

 Pourquoi les calottes glaciaires excentriques nécessitent une explication !

En observant le pôle Nord en mars, on constate que le Gulf Stream réchauffe toute la région désignée par N3, et partiellement par N2 et N4. Le Gulf Stream est un facteur d’influence très puissant.

Que se passerait-il sans la présence du Gulf Stream ?

La formation de glace autour du pôle Nord deviendrait alors presque symétrique, et la mer du Groenland et l’Atlantique Nord seraient complètement gelés en hiver. On pourrait argumenter qu’au cours de la dernière période glaciaire, il devait y avoir un Gulf Stream chaud le long des côtes de l’Alaska et de la Russie orientale, se poussant à travers le détroit de Béring, rendant cette formation de glace autour du pôle acentrique. Mais la voie maritime entre l’Alaska et la Russie est bien trop étroite pour qu’un Gulf Stream puisse passer et devenir assez grand pour provoquer une asymétrie aussi importante. Cette voie maritime n’était même pas présente lors du dernier cycle de glaciation en raison du faible niveau de la mer – il y avait un pont terrestre entre l’Amérique du Nord et la Russie. Il est essentiel de comprendre que l’énergie circule toujours du haut vers le bas, et non l’inverse. Le courant chaud du Golfe circule dans cette région parce qu’il est une conséquence de la deuxième loi de la thermodynamique, qui rétablit un déséquilibre énergétique après une dislocation de la croûte terrestre. Ce processus est toujours en cours aujourd’hui et provoque la fonte du Groenland.

Le Gulfstream chaud diminuera d’intensité lorsque la situation au pôle Nord sera revenue à la normale, c’est-à-dire lorsque la calotte glaciaire du Groenland aura presque complètement disparu, ce qui prendra encore au moins 4 000 ans.

Pourquoi la science n’est pas toujours rationnelle …

L’un des plus graves dilemmes de la paléontologie est qu’il y a quelque 50 millions d’années, l’Antarctique possédait une flore et une faune subtropicale abondante.

La science nous dit également qu’à cette époque, l’Antarctique se trouvait, et se trouve toujours, à son emplacement actuel. Cela nous amène à la question suivante : D’où venait la lumière solaire qui a rendu possible ces formes de vie subtropicales abondantes ? Des miroirs dans l’espace peut-être ? Non, les scientifiques ont trouvé une théorie encore plus ridicule. Pendant six mois, il y a très peu de lumière solaire présente sur l’Antarctique. Les cycles de Milankovitch sont beaucoup trop faibles pour expliquer quoi que ce soit à ce sujet (ce qui rend le pôle Sud légèrement incliné vers le soleil).

Les scientifiques ont concocté l’idée que les arbres et les plantes ont dû s’adapter à une absence quasi totale de lumière solaire. Comment cela fonctionne-t-il sans photosynthèse ? Pourquoi ne voyons-nous pas cette adaptation se produire aujourd’hui ? Pourquoi avons-nous encore des taïgas, des toundras et des steppes et pas de forêts tropicales en Sibérie du Nord ou en Alaska ? Ou pourquoi les arbres ne poussent-ils pas au sommet de l’Himalaya ?

Voici ce qui se passe avec ces théories farfelues : Si une possibilité est écartée comme les dislocations de la croûte terrestre – il ne reste qu’une seule autre possibilité, à savoir des plantes qui poussent sans lumière solaire. Ces théories sont irrationnelles, peu fiables et ad hoc. Le résultat tragique est que le public croit que ces fantasmes sont vrais, et les médias grand public les diffusent sans cesse dans le monde entier, gonflés de belles animations, comme des contes de fées pour adultes.

Il n’y a aucun moyen d’expliquer les faits susmentionnés autrement que par des dislocations de la croûte terrestre.

Théorie de la Pangée
La Pangée est un supercontinent formé au Carbonifère de la collision de la Laurussia et du Protogondwana et ayant regroupé presque toutes les terres émergées. Il y a 110 millions d’années, la Pangée se serait séparée en deux supercontinents plus petits, la Laurasie et le Gondwana. Eux-mêmes se seraient fractionnés pour former les continents actuels.

La théorie de la Pangée a été conçue pour expliquer comment les espèces ont migré entre les différents continents. Alfred Wegener, qui est à l’origine officielle de cette idée, a constaté que les continents auraient pu autrefois s’emboîter les uns dans les autres comme vous pouvez le voir sur l’image de droite. C’est la situation telle qu’elle aurait existé il y a 250 millions d’années.

On pense qu’il s’agit d’un événement cyclique, ce qui signifie qu’il aurait pu y avoir plus d’une « Pangée » avant celle-ci. Il s’agit d’une théorie simple, basée sur des images, qui permet aux paléontologues d’expliquer de nombreuses choses, dans ce cas, la migration des espèces. Les géologues ont ensuite confirmé la théorie après avoir découvert des lignes de faille sur les fonds océaniques, séparées par des forces provenant de l’intérieur de la terre.

Pourquoi la théorie de la Pangée est-elle incomplète ?

La théorie nous dit que la Pangée a commencé à se disloquer, mais pas pourquoi ni comment elle l’a fait. Une théorie qui n’explique pas pourquoi ou comment quelque chose s’est produit est incomplète.

La théorie peut également être utilisée à volonté. Par exemple, elle tente d’expliquer comment différentes espèces ont pu se répandre sur les continents. Elle explique également pourquoi nous trouvons des dolmens ou des pyramides similaires sur tous les continents ou tout autre phénomène culturel similaire. Pourquoi cela ? Parce qu’il est concevable que les humains aient pu se répandre dans le monde entier et construire leurs structures de pierre lorsque la Pangée était encore intacte

Mais parce que la Pangée s’est formée il y a 250 millions d’années, cette théorie est sommairement rejetée comme étant impossible. Le monde universitaire utilise une théorie quand cela lui convient. Cela montre une fausseté inhérente au cœur de la science, qui pourrait être causée par le cloisonnement de la science. La propagation des espèces est expliquée alors que la propagation des similitudes culturelles est instantanément rejetée.

Si la prolifération des dolmens et des pyramides dans le monde entier est considérée comme une coïncidence, pourquoi ne pouvons-nous pas considérer la propagation des espèces dans le monde comme une coïncidence ? La dérive des continents est un fait, mais la Pangée est une idée qui ne peut être vérifiée par des preuves ou par un quelconque modèle mathématique. Il s’agit d’une idée basée sur la vision. Pourquoi le dépôt de glace aux pôles ne peut pas provoquer de grandes dislocations de l’écorce terrestre.

Les dépôts de glace asymétriques autour des pôles pourraient théoriquement provoquer des forces tangentielles très importantes. Comme la Terre est une sphère, ces forces excentriques peuvent théoriquement déplacer la croûte (lithosphère) sur l’hypothétique couche de magma sirupeux (asthénosphère) – mais seulement lorsqu’elles se produisent dans la région des pôles et sont suffisamment importantes. Hapgood pensait que les dernières périodes glaciaires dans l’hémisphère nord avaient provoqué un déplacement de la croûte terrestre. L’excentricité croissante de l’Antarctique a également renforcé cette idée.

Mais la théorie de Hapgood a aussi ses propres contradictions, voyons lesquelles :

A) Si nous regardons la calotte glaciaire du Nord pendant la dernière période glaciaire, avec l’idée que le géo-pôle était là où il est actuellement, nous voyons une très grande excentricité. Selon Hapgood, cette excentricité pourrait être responsable d’un déplacement de la croûte terrestre. Puisque la glace se forme de façon concentrique autour des pôles, comment peut-elle être responsable de déséquilibres ?

  1. Comment ce pôle a-t-il pu se déplacer du Groenland à son emplacement actuel ? Nous ne semblons pas pouvoir résoudre cette grande excentricité autrement qu’en proposant la thèse que le pôle était sur le Groenland a priori. Nous avons automatiquement tendance à équilibrer la calotte glaciaire autour du pôle, rendant impossible toute force excentrique.
  2. Comment cela pourrait-il alors provoquer un déplacement de l’écorce ? Parce que les forces excentriques se neutralisaient lorsque le pôle était sur le Groenland.
  3. Comment se peut-il que l’Antarctique se soit déplacé vers le géopôle ? Il effectuait alors un mouvement inverse et prouvait ainsi que c’était le contraire qui se produisait. Vous voyez ici que le raisonnement est contradictoire et nous devons donc écarter la possibilité que les calottes glaciaires provoquent des déplacements de la croûte terrestre.

Cycles de Milankovitch – Un indice plus cohérent

Sans aucun doute, Hapgood avait raison concernant les dislocations radicales et violentes de la croûte terrestre. Mais sa théorie était incomplète et, de plus, elle ignorait tout simplement de nombreuses théories contemporaines clairement prouvées.

Milankovitch, par exemple, a découvert dès les années 1920 que les cycles orbitaux – excentricité, obliquité et précession – semblaient être en phase avec les cycles glaciaires.
Cela a conduit à une théorie typique de « court-circuit » selon laquelle les cycles de Milankovitch étaient à eux seuls responsables des périodes glaciaires, bien que la science comprenne encore très mal pourquoi les cycles de Milankovitch influencent le climat de la Terre.

cycles de Milankovitch : Plus la terre se rapproche du soleil, plus la gravité du soleil influence la terre. Cela provoque des oscillations de marée extrêmes. La gravitation terrestre fluctue également.

Un grand « e » signifie de grandes oscillations gravitationnelles annuelles. Plus l’excentricité est grande, plus les variations gravitationnelles annuelles sont importantes. Ces fluctuations provoquent de très grandes oscillations de marée, et provoquent des déformations de la croûte terrestre que nous appelons « périodes glaciaires ».

Pourquoi l’excentricité est la principale clé pour comprendre les glaciations.

à suivre … article en cours

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s