Finis Gloriae Mundi et le boson de Higgs

Finis Gloriae Mundi et le boson de Higgs

Tableau du Finis Gloriae Mundi : Nimas Nimenos : une simple question de masse manquante !.. ni trop, ni trop peu !.. où est passé le reste ?

Notre approche de plus de 40 ans de l’œuvre du Maître nous a permis de cerner et de comprendre les enjeux du fameux manuscrit partiellement disparu car redemandé par l’Adepte et aujourd’hui nous sommes en mesure de dire précisément pourquoi ces chapitres ne pouvaient être communiqués en l’état. Il s’agit d’un travail collectif mené par l’Adepte en commun avec deux autres scientifiques. Ce travail démontrait une irrégularité dans les constantes universelles que seule cette théorie – aujourd’hui en passe d’être démontrée – pouvait résoudre et expliquer. En réalité et malgré tout, il en est resté plusieurs (de ces chapitres perdus) que le disciple Eugène CANSELIET  (outrepassant les directives du Maître pour notre plus grande satisfaction)  à disséminé dans l’ensemble de l’oeuvre comme des bouteilles à la mer et nous en comprenons également les raisons profondes. Font donc partie du corpus disparu les chapitres sur la croix cyclique d’Hendaye, l’Atlantide, l’obélisque de Dammartin sur Tigeaux (et non sous Tigeaux !) et enfin du progrès illimité des sciences qui n’est autre qu’un discours déjà prononcé par notre savant sous la coupole !..  Vous pensez que c’est incroyable ? et vous avez raison … et c’est cette incroyable histoire qui sera racontée dans « à l’ombre des Chênes ». Nous réservons la teneur de notre analyse à nos fidèles lecteurs.

d’Edimbourg à Edinburgh : le cycle se referme enfin !.. lorsque le Maitre s’y rend à l’occasion d’un congrès d’électricité pour y recevoir un prix suprême,  il n’envisageait pas à l’époque faire cette découverte majeure, mais en réalité tous ses travaux y conduisaient inéluctablement. Sur la photo Peter Higgs avec le cadran solaire d’Holyrood (Queen Mary’s dial)  et son icosaèdre : mais c’est bien sûr !..   JK votre serviteur (FCH)

peter-higgs_Peter-Tuffy_The-University-of-Edinburgh

le boson de Higgs ou la particule de la 25ème heure

Lire la suite Finis Gloriae Mundi et le boson de Higgs

Le chrisme et un serpent bien compatissant

XPJaca

Le chrisme de Jaca et l’histoire d’un serpent bien compatissant …

Pendant la période Romane, et sur le chemin de Compostelle, le chrisme s’est enrichi progressivement d’un « S » serpentiforme. Quel en est le sens ?

Lire la suite Le chrisme et un serpent bien compatissant

Son nom, il le signe d’un XP qui signifie CHRISTOS…

WebXP se prononce Ki Ro, car le P est en réalité un « R » !..

 Un peu d’histoire : l’Empire romain est, à cette époque, divisé en deux territoires – l’Orient et l’Occident – et dirigé par une tétrarchie. Concrètement, deux Augustes, secondés par deux Césars logiquement appelés à leur succéder, règnent chacun sur une partie de l’Empire. Mais la tétrarchie, qui semble une bonne idée en théorie, ne survivra pas longtemps dans les faits… En 311, après d’interminables conflits et écharpages en règle, la situation est la suivante :

  • En Orient, Galère est Auguste et Maximin II Daia est César ;
  • En Occident, Licinius est Auguste et Constantin est César ;
  • Maxence, le beau-frère de Constantin, déclaré ennemi public, domine l’Italie et l’Afrique du Nord sans aucune légitimité.

A la mort de Galère (311), Maximin II devient donc Auguste d’Orient. Pendant ce temps, Constantin  attaque Maxence en Italie, et les deux hommes s’affrontent lors de la bataille du Pont Milvius, près de Turin, ce fameux 28 Octobre 312.  Et c’est alors que…

Lire la suite Son nom, il le signe d’un XP qui signifie CHRISTOS…

Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli

NINEVERSE

Histoire d’un « N » inversé ou

introduction aux mystères du Chi-Rô

 

D’une inversion de lettre, le « N » inversé, le « A » isolé et le « S » serpentin

On a pu remarquer le A isolé qui possède le sens d’unité (de pôles terrestres Arctique et Antarctique). Il va donc être question des pôles et la lettre S exprimera de ce fait un phénomène solaire (cab. = polaire) hélicoïdal qui précipitera le Pôle nord Arctique (A) vers le Pôle sud (S).

Ce Pôle Sud s’abrège par les initiales PS qui ne sont pas l’abréviation de post scriptum mais indiquent bel et bien le basculement du nord vers le sud.

C’est la raison pour laquelle ces deux lettres furent gravées par des initiés (de l’inversion du N ou du nord) sur certaines dalles en étroite relation avec l’énigme du boule-versement annoncé.

Cette tradition s’est traduite, au XIXe siècle par l’inverse de la lettre N ou И. C’est la raison pour laquelle on trouve ce caractère inversé sur la croix (IИRI) surmontant la pierre tombale du curé de Rennes le château, (village d’où l’on voit les sommets des Pyrénées). Elle figure aussi dans certaines inscriptions normales, montrant sur un linteau de porte par exemple, la présence d’un initié à la Gnose (= connaissance).

Lire la suite Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli

Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli

AAAA

Un livre supposé écrit par l’Adepte a suscité tous les fantasmes, il s’agit du fameux « Finis Gloriae Mundi »  disparu car repris par le Maître selon Eugène Canseliet : en réalité il n’en est rien. En effet quelques chapitres ont survécu et ont été réintégrés dans les deux oeuvres connues ; il s’agit des chapitres sur la Croix Cyclique d’Hendaye, l’Atlantide, le Paradoxe du progrès illimité des sciences, l’Age d’Or et l’obélisque de Dammartin sur Tigeaux !…

Effectivement les thèmes de ces chapitres n’ont pas leur place dans le corpus principal et désorientent le lecteur. Néanmoins nous savons aujourd’hui qui en été la source principale et comment son concepteur – qui vivait dans son entourage – a pu transmettre ses idées à l’Adepte. Cette affaire fera l’objet d’une petite publication à part sous le titre de « Le secret de Saint Vincent Depaul et l’énigme des quatre A »…

En effet, avant même que naisse l’Adepte, un autre savant et  hermétiste, probablement alchimiste basque parvint à déchiffrer la croix cyclique d’Hendaye et à traduire son message dans toutes son envergure. C’est d’ailleurs lui qui invita Fulcanelli à venir sur place contempler cette croix, la nouvelle ligne de chemin de fer inaugurée en cas de visite de l’empereur Napoléon III  permettait le voyage.  Par ses travaux scientifiques, il fut également à l’origine des méditations du Maitre sur le bouleversement possible des pôles : nous aurons à en expliquer les raisons dans notre ouvrage.

Lire la suite Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli

Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli

Saint_Vincent_de_Paul

Saint Vincent Depaul et l’énigme de la croix cyclique d’Hendaye

Le Maître cite souvent Saint Vincent de Paul et s’insurge sur la façon d’orthographier son nom, en réalité Depaul.. Nous en verrons les raisons mais il convient de souligner que cette connaissance est tout à fait exceptionnelle et inédite, d’où vient-elle ? voilà la question ?… Il reste encore beaucoup à dire autour de cet étrange personnage sur lequel nous possédons quelques archives inédites qui le rapprochent encore un peu plus de l’Adepte, bien que ce dernier n’ait pas eu accès à ces pièces inédites de son temps (Voir le tombeau de Raoul De Lannoy, une demeure philosophale inédite en Picardie par votre serviteur Johan Dreue). Nous ne donnerons ici que quelques indications déjà évoquées ici et là, le reste étant réservé pour les lecteurs de nos cahiers.

Lire la suite Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli

Zacharias Werner : introduction à une oeuvre majeure

zacharia4L’ouvrage de Louis Guinet est un monument considérable, qui dépasse par son ampleur et sa profondeur la vie et l’oeuvre de Zacharias Werner. Ce romantique allemand dont l’auteur a retracé la vie mouvementée et inquiète dans un autre ouvrage a eu un destin spirituel exceptionnel. Il est rare de trouver un luthérien qui, après avoir adhéré avec enthousiasme et conviction à la franc-maçonnerie, s’en est ensuite détaché, puis s’est converti au catholicisme et, ne faisant pas les choses à demi, est devenu prêtre et a passé ces dernières années à se consacrer à un ministère actif, notamment à celui de la parole, en grande partie sous l’influence de saint Clément Hofbauer. Un tel destin eût-il été possible en France ? il ne le semble pas, et ce sont les conditions propres à l’Allemagne qui rendent raison de cette vie hors série.

Lire la suite Zacharias Werner : introduction à une oeuvre majeure

La croix cyclique d’Hendaye

OCRVXAVE S APESVNICA

Hendaye_Croix_cycliqueEn cette inscription, seize lettres se répartissent en deux groupes égaux, de quatre consonnes et autant de voyelles, situés de chaque côté de l’S serpentueuse symbolisant la course du soleil et son retournement, phénomène que nous avons étudié tout au long de ce livre.

En conservant la place qu’elles occupent, ces lettres ont toutes, sauf deux, une analogie cabalistique en rapport direct avec leur situation respective de part et d’autre de l’S. Ce sont en premier toutes les voyelles que nous délaisserons pour ne nous occuper que du « squelette » des mots, généralement seul considéré en cabale de lettre.

Parmi les consonnes nous aurons donc les deux C, le X et le deuxième S, le V et le P, enfin le N et le R. Nous retrouvons là les âges de la Tradition, exprimés en un double cycle de quarante-huit siècles nécessaires à ce que les deux éléments atteignent le même hémisphère. Les deux C sont parfaitement homonymes, ce sont les deux âges d’or où la concorde, la concordance, est parfaite. Le X et le S sont des synonymes cabalistiques, ils sont d’un accord encore harmonieux et l’un diffère peu de l’autre si ce n’est en fixité ; ce sont les deux âges d’argent. Le V et le P sont de lointains parents qui ont en commun le phi des Grecs, grâce à ce scel ils sont encore d’un bel accord, quoique imparfaitement et tributaires du phi ; ce sont les âges de bronze. Quant au N et au R, ceux-ci sont en complète disharmonie en étant parfaitement étrangers l’un à l’autre. Leur particularité frappe, et nous y reviendrons ; c’est l’âge de fer où règne la discorde.

Ces deux fois quatre âges sont séparés par le retournement hélicoidal du soleil que symbolise l’S, image de l’astre parvenu au zénith de sa course. Par ailleurs les deux C, l’X et le S sont de la même famille cabalistique et représentent l’ensemble des âges du règne de Dieu, les autres lettres forment le règne de l’Homme ou du Fils de l’homme, le huit hélicoïdal de l’ensemble (8) étant celui de l’infini…

Lire la suite La croix cyclique d’Hendaye

Science et hermétisme