Archives du mot-clé Hendaye

Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli (2)

AAAA

Un livre supposé écrit par l’Adepte a suscité tous les fantasmes, il s’agit du fameux « Finis Gloriae Mundi »  disparu car repris par le Maître selon Eugène Canseliet : en réalité il n’en est rien. En effet quelques chapitres ont survécu et ont été réintégrés dans les deux oeuvres connues ; il s’agit des chapitres sur la Croix Cyclique d’Hendaye, l’Atlantide, le Paradoxe du progrès illimité des sciences, l’Age d’Or et l’obélisque de Dammartin sur Tigeaux !…

Effectivement les thèmes de ces chapitres n’ont pas leur place dans le corpus principal et désorientent le lecteur. Néanmoins nous savons aujourd’hui qui en été la source principale et comment son concepteur – qui vivait dans son entourage – a pu transmettre ses idées à l’Adepte. Cette affaire fera l’objet d’une petite publication à part sous le titre de « Le secret de Saint Vincent Depaul et l’énigme des quatre A »…

En effet, avant même que naisse l’Adepte, un autre savant et  hermétiste, probablement alchimiste basque parvint à déchiffrer la croix cyclique d’Hendaye et à traduire son message dans toutes son envergure. C’est d’ailleurs lui qui invita Fulcanelli à venir sur place contempler cette croix, la nouvelle ligne de chemin de fer inaugurée en cas de visite de l’empereur Napoléon III  permettait le voyage.  Par ses travaux scientifiques, il fut également à l’origine des méditations du Maitre sur le bouleversement possible des pôles : nous aurons à en expliquer les raisons dans notre ouvrage.

Lire la suite Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli (2)

Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli

Saint_Vincent_de_Paul

Saint Vincent Depaul et l’énigme de la croix cyclique d’Hendaye

Le Maître cite souvent Saint Vincent de Paul et s’insurge sur la façon d’orthographier son nom, en réalité Depaul.. Nous en verrons les raisons mais il convient de souligner que cette connaissance est tout à fait exceptionnelle et inédite, d’où vient-elle ? voilà la question ?… Il reste encore beaucoup à dire autour de cet étrange personnage sur lequel nous possédons quelques archives inédites qui le rapprochent encore un peu plus de l’Adepte, bien que ce dernier n’ait pas eu accès à ces pièces inédites de son temps (Voir le tombeau de Raoul De Lannoy, une demeure philosophale inédite en Picardie par votre serviteur Johan Dreue). Nous ne donnerons ici que quelques indications déjà évoquées ici et là, le reste étant réservé pour les lecteurs de nos cahiers.

Lire la suite Le secret de Saint Vincent de Paul et Fulcanelli

La croix cyclique d’Hendaye

OCRVXAVE S APESVNICA

Hendaye_Croix_cycliqueEn cette inscription, seize lettres se répartissent en deux groupes égaux, de quatre consonnes et autant de voyelles, situés de chaque côté de l’S serpentueuse symbolisant la course du soleil et son retournement, phénomène que nous avons étudié tout au long de ce livre.

En conservant la place qu’elles occupent, ces lettres ont toutes, sauf deux, une analogie cabalistique en rapport direct avec leur situation respective de part et d’autre de l’S. Ce sont en premier toutes les voyelles que nous délaisserons pour ne nous occuper que du « squelette » des mots, généralement seul considéré en cabale de lettre.

Parmi les consonnes nous aurons donc les deux C, le X et le deuxième S, le V et le P, enfin le N et le R. Nous retrouvons là les âges de la Tradition, exprimés en un double cycle de quarante-huit siècles nécessaires à ce que les deux éléments atteignent le même hémisphère. Les deux C sont parfaitement homonymes, ce sont les deux âges d’or où la concorde, la concordance, est parfaite. Le X et le S sont des synonymes cabalistiques, ils sont d’un accord encore harmonieux et l’un diffère peu de l’autre si ce n’est en fixité ; ce sont les deux âges d’argent. Le V et le P sont de lointains parents qui ont en commun le phi des Grecs, grâce à ce scel ils sont encore d’un bel accord, quoique imparfaitement et tributaires du phi ; ce sont les âges de bronze. Quant au N et au R, ceux-ci sont en complète disharmonie en étant parfaitement étrangers l’un à l’autre. Leur particularité frappe, et nous y reviendrons ; c’est l’âge de fer où règne la discorde.

Ces deux fois quatre âges sont séparés par le retournement hélicoidal du soleil que symbolise l’S, image de l’astre parvenu au zénith de sa course. Par ailleurs les deux C, l’X et le S sont de la même famille cabalistique et représentent l’ensemble des âges du règne de Dieu, les autres lettres forment le règne de l’Homme ou du Fils de l’homme, le huit hélicoïdal de l’ensemble (8) étant celui de l’infini…

Lire la suite La croix cyclique d’Hendaye