Archives pour la catégorie Eschatologie – Cycles

Les 7 tours du diable : géopolitique de Satan

Première partie : les Qliphoths

Qliphoth, kliffoth, klippot ou kellipot (Heb. קליפות qelippot; littéralement pelures, coquilles, enveloppes), sont des forces maléfiques mises en relation et en opposition par rapport aux Sephiroth dans la Kabbale. L’ensemble des Qliphoth est aussi nommé Arbre de Mort par opposition à l’Arbre de Vie. Dans certains traités kabbalistiques, cet ensemble de représentations spirituelles impures est également appelé Sitra Ahra (Araméen סטרא אחרא, littéralement l’« Autre Côté » opposé à la sainteté représentée par les Sephiroth).

Un ésotériste, Jean Robin, dans ses ouvrages-clefs sur les mystères de Seth et la contre-initiation cite l’existence de 7 tours du diable ». Ce dernier fait une référence inédite à ce qui semble être la première mention des « Sept Tours » dès 1930 dans une publication, celle de Jean Marquès-Rivière qui, avant Guénon, avait déjà abordé le sujet dans son roman vers Bénarès, la ville sainte. L’Histoire merveilleuse de Li-Log le guru tibétain. On est ici dans le merveilleux romanesque.

Lire la suite Les 7 tours du diable : géopolitique de Satan

Åsgard et la Tradition polaire

La grande ourse et le sanglier

La Syrie boréale

Les enseignements traditionnel des  Védas comme des legs kurdes, druzes ou soufis, nous disent tous que la langue « adamique » était la « langue syriaque », loghah sûryâniyah, qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le pays désigné actuellement sous le nom de Syrie, non plus qu’avec aucune des langues plus ou moins anciennes dont les hommes ont conservé le souvenir jusqu’à nos jours. Cette loghah sûryâniyah est proprement, suivant l’interprétation qui est donnée de son nom, la langue de l’« illumination solaire », shems-ishrâqyah ; en fait, Sûryâ est le nom sanscrit du Soleil, et ceci semblerait indiquer que sa racine sur, une de celles qui désignent la lumière, appartenait elle-même à cette langue originelle. Il s’agit donc de cette Syrie primitive dont Homère parle comme d’une île située « au-delà d’Ogygie », ce qui l’identifie à la Tula hyperboréenne, et « où sont les révolutions du Soleil ».

« En une autre occasion, nous avons mentionné, en connexion avec la désignation de la langue « adamique » comme la « langue syriaque », la Syrie primitive dont le nom signifie proprement la « terre solaire », et dont Homère parle comme d’une île située « au-delà d’Ogygie », ce qui ne permet de l’identifier qu’à la Thulé ou Tula hyperboréenne… » René Guénon

À travers la mention d’une lointaine origine nordique et polaire, Guénon identifiait la Syrie primordiale à la mythique Thulé boréale de l’âge d’or. On trouve encore la mention d’une Syrie boréale primitive dans la tradition soufie où l’on dit que c’est de cette contrée primordiale que proviendrait la véritable « langue syriaque », Loghah Sûryâniyah,  la langue solaire des anges, prototype céleste de tout langage humain dont l’Imam Ali, cousin et gendre du prophète Mahomet, aurait possédé les arcanes. Cette langue ésotérique n’est autre que le Langage des Oiseaux, la Parole perdue des francs-maçons ou la langue énochienne de John Dee. Comme le soutient Pierre Gordon, « le sacerdoce institué par le premier homme à la suite de son recul mental conduisit à l’établissement de la première théocratie, qui eut son foyer dans une île, au nord-ouest de l’Europe. Cette terre pure au milieu des eaux reçut, au cours des millénaires, différents noms, dont les principaux sont ceux de Tula (« Thulé » dans les mythes grecs), de Ogygie (ogh iagh signifie littéralement « île sacrée »), et d’« île des Quatre Maîtres ». Cette dernière appellation se réfère à la division cruciforme de l’étendue, division qui reposait elle-même sur une vue religieuse de l’espace dans ses rapports avec l’énergie radiante : le point où se coupaient les deux bras perpendiculaires de la croix était le lieu ultraphysique, d’où rayonnait vers les quatre points cardinaux le mana de la surnature, principe et support des mécanismes physiques ».

Lire la suite Åsgard et la Tradition polaire

Tubal-Cain, Nimrod et Hiram : l’autre légende

Iram « cité des piliers », également appelée Irem, Ubar, Wabar ou la Cité aux 1000 colonnes, est une cité perdue apparemment située dans la Péninsule arabe.

Iram est à la fois historique et mythique. Historique car elle a bel et bien existé : elle est mentionnée dans d’anciens écrits et dans la tradition orale comme un important centre commercial du désert de Rub’ al Khali, situé dans la partie Sud de la péninsule arabe. On estime qu’elle a existé de -3000 jusqu’au Ier siècle. Puis elle disparaît mystérieusement des écrits et témoignages, sans que l’on sache pourquoi.

Lire la suite Tubal-Cain, Nimrod et Hiram : l’autre légende

de la Croix cyclique d’Hendaye au four alchimique de Winterthur

Il y eut un âge d’or .. et puis en un jour et une nuit tout bascula, la mémoire hyperboréenne en garda le souvenir et ce fut le début de la tradition secrète.

L’Age d’Or

D’après Hésiode, «Pendant l’Age d’Or, la terre, sans être déchirée par la char­rue, produisait tout en abondance. Le Printemps régnait pendant toute l’année ; on voyait de toutes parts des ruisseaux de lait et le miel coulait du tronc des arbres. Les maladies et la triste vieillesse étaient inconnues aux hommes qui mouraient comme on s’endort. Dans l’Age d’Argent, qui vint ensuite, l’année, au lieu d’être un Printemps perpétuel, fut divisée en 4 saisons, et la terre pour produire eut besoin d’être cultivée».

De ce passage on peut déduire que :

pendant l’Age d’Or, perpétuel Printemps, l’axe de la Terre était «perpendicu­laire» à l’écliptique ; à partir de l’Age d’Argent, l’année, divisée en 4 saisons, correspond à un axe terrestre «incliné» sur l’écliptique. (la suite dans le livre)

Lire la suite de la Croix cyclique d’Hendaye au four alchimique de Winterthur

In Ictu Oculi, les sources

In ictu oculi est une locution latine signifiant « en un clin d’œil ». Son origine peut se trouver dans un passage de la Bible : « In momento, in ictu oculi, in novissima tuba » (1 Cor. 15:52), qui est lui-même traduit du grec ἐν ἀτόμῳ, ἐν ῥιπῇ ὀφθαλμοῦ, ἐν τῇ ἐσχάτῃ σάλπιγγι, que l’on traduit  par « en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette ».

Lire la suite In Ictu Oculi, les sources

La trace hélicoïdale du Soleil : In ictu Oculi

Valdes_Leal in ictu oculi
Valdes Léal In ictu oculi Juan Valdès Leal est un peintre baroque qui va illustrer la vie d’Ignace de Loyola entre 1674 et 1676, et qui est aussi connu par ses tableaux macabres représentant la Mort à l’œuvre dans le monde, Finis Gloriae Mundi (Fin de la Gloire terrestre) et In ictu oculi (En un clin d’oeil). Il s’agit d’un vaste programme iconographique réalisé pour l’Hôpital de la Charité de Séville, fondé par Miguel de Manara, auquel vont participer trois artistes, les peintres Leal et Murillo, et le sculpteur, Pedro Roldan. Le thème global est celui de la voie du salut par la charité chrétienne. L’intention théologique est de montrer, dans ce courant de la Contre Réforme, l’importance du salut par les œuvres. Pour notre Adepte ce salut passant par la voie adeptale.

Lire la suite La trace hélicoïdale du Soleil : In ictu Oculi

Milosz de Lubicz et les nouveaux hiérophantes d’Hélie

O.W Milosz de Lubicz
O.W Milosz de Lubicz

Milosz de Lubicz occupe une place centrale dans la genèse des Frères Chevaliers d’Héliopolis. Par bien des aspects il est en lien  avec l’Adepte, que ce soit par sa pièce de théâtre qui met en scène Miguel de Mañara, que ce soit par sa passation de pouvoir et son nom à Schwaller de Lubicz, son rôle dans le cercle éphémères des veilleurs ou celui d’Hélie .. on le voit sa chevalerie mystique est très proche sinon la forme matricielle de celle des FCH.

Lire la suite Milosz de Lubicz et les nouveaux hiérophantes d’Hélie