Archives du mot-clé Savoie

Fontainebleau et Chambord : deux grimoires cabalistique

francois 1erPour le grand historien d’art, André Chastel, rejoint en cela par nombre de ses collègues, des Panovsky à Charles Terrasse et à Sylvie Beguin, la Grande Galerie de Fontainebleau est « un décor chiffré » et même un « roman à clefs », qui n’a pas encore livré toutes ses secrets. Un siècle après son achèvement, le Père Dan avait, certes, donné une première interprétation, liée aux exploits de François ler. Mais, à partir des années 1970 et de la redécouverte de l’Ecole de Fontainebleau, on s’interroge sur la symétrie complexe de l’arrangement des panneaux et sur le contenu du programme iconographique. Luisia Capodieci, historienne d’art a évoqué une dimension de lecture moins connue, celle qui prend en compte le culte européen des symboles et de l’occultisme, omniprésent à l’époque, notamment à Florence, où Rosso s’est formé.

Lire la suite Fontainebleau et Chambord : deux grimoires cabalistique

du cygne noir au collier de l’Annonciade

cygne-noir2Dans l’étal de formation de notre société du moyen-âge, la chevalerie, alliance étroite de l’esprit chrétien avec l’esprit féodal, a accompli une carrière généreuse et civilisatrice. Un chevalier se consacrait à la défense des opprimés; aux recherches excessives des occasions de gloire et de danger il unissait les pratiques d’une charité exemplaire pour les pèlerins et les lépreux, il professait un respect passionné pour la femme, que les législations barbares avaient jusqu’alors considérée comme une esclave. L’épée du chevalier, serviteur du Christ, fut constamment une protection pour la religion et la justice, malte la faiblesse humaine, qui, au moyen-âge, comme aujourd’hui, à sans doute bien souvent, à côté de l’élévation du but, laissé surgir la défaillance du fait.

Lire la suite du cygne noir au collier de l’Annonciade

L’Ordre de l’Annonciade et la mystique du lac d’amour

Aux origines du Rite Ecossais Rectifié

 

cahier_annonciade

En 1355, dit le Dictionnaire de Moreri, Amédée V de Savoye, dit le Comte Verd (sic) institua l’Ordre du Collier dit aussi du Lac (ou des Lacs) d’Amour, dont le collier était composé de roses blanches et rouges alternées, en émaux, reliées par des « Lacs d’Amour » (qui sont des noeuds en huit) entourant dans leurs courbes les lettres du mot (latin) : FERT (lettres non séparées par des points). Ce fut Charles III dit Le Bon qui consacra cet Ordre de l’Amour divin à la Vierge qui « avait uni le Verbe à notre chair par le mystère de l’incarnation », et qui changea le nom de l’Ordre des Lacs d’Amour ou du Collier, en celui d’Ordre de l’Annonciade. Une image en émaux sertis d’or de la scène de l’Annonciation est suspendue au collier, et cette image est entourée de nœuds en huit dits Lacs d’Amour. Le collier lui-même est fait de plaques portant ces mêmes nœuds ou séparées par ces mêmes nœuds. Selon le Grand Dictionnaire Larousse l’Ordre a été fondé pour commémorer les quinze joies de Notre-Dame. D’où les quinze Lacs d’Amour du collier de l’Ordre du Collier, antérieur à celui de l’Annonciade quant au nom. Ces quinze Lacs étaient alors séparés par quinze roses rouges et quinze blanches, selon Samuel Guichenon, dans son Histoire généalogique de la Royale Maison de Savoye.

Derrière ce collier, se cache en réalité un haut épisode de l’ésotérisme qui nous conduira au secret de la Salamandre figurant un peu partout au château de Chambord. à suivre ici en cliquant sur la bannière :

ban-annonciade