Archives du mot-clé Dante

Arcane XIV, Temperencia : de Némésis à Léthé ou les dessous d’une carte

Tarot de Sforza. Contrairement aux apparences cette lame n’a aucun rapport avec le Verseau. En revanche elle est bien associée à la Lune et à l’Eau comme au Féminin en général.

 

Notre méthode d’investigation des cartes du Tarot est explicité dans l’ouvrage, elle relève de l’iconologie hérité des travaux d’Aby Warburg, telle qu’elle aurait du être appliqué par le critique d’art Erwin Panofsky mais qu’il a tronqué en omettant l’imagination car s’il a bien défini les règles de la signification c’est en grande partie en délaissant l’imagination active (celle qui  n’est pas assimilable à la fantaisie). Cette méthodologie nous permet de montrer que ce qui est important dans l’imagerie du Tarot (la dimension iconologique ou parfois iconique) relève à la fois du montage et de l’intervalle, à savoir le dispositif. Les images analysées n’ont de sens qu’au sein d’une trame perdu qui lui donne son continuum narratif. C’est ce continuum que par de patientes recherches nous avons pu progressivement reconstitué car sans lui on est voué aux errements interprétatifs tels qu’ils ont eut lieu jusqu’à nous. Ce récit était connu auparavant et ne nécessitait pas d’être inscrit dans ce grand livre des arcanes. Tradition orale perdue mais retrouvée…

Lire la suite Arcane XIV, Temperencia : de Némésis à Léthé ou les dessous d’une carte

L’Ordre de l’Annonciade et la mystique du lac d’amour

Aux origines du Rite Ecossais Rectifié

 

cahier_annonciade

En 1355, dit le Dictionnaire de Moreri, Amédée V de Savoye, dit le Comte Verd (sic) institua l’Ordre du Collier dit aussi du Lac (ou des Lacs) d’Amour, dont le collier était composé de roses blanches et rouges alternées, en émaux, reliées par des « Lacs d’Amour » (qui sont des noeuds en huit) entourant dans leurs courbes les lettres du mot (latin) : FERT (lettres non séparées par des points). Ce fut Charles III dit Le Bon qui consacra cet Ordre de l’Amour divin à la Vierge qui « avait uni le Verbe à notre chair par le mystère de l’incarnation », et qui changea le nom de l’Ordre des Lacs d’Amour ou du Collier, en celui d’Ordre de l’Annonciade. Une image en émaux sertis d’or de la scène de l’Annonciation est suspendue au collier, et cette image est entourée de nœuds en huit dits Lacs d’Amour. Le collier lui-même est fait de plaques portant ces mêmes nœuds ou séparées par ces mêmes nœuds. Selon le Grand Dictionnaire Larousse l’Ordre a été fondé pour commémorer les quinze joies de Notre-Dame. D’où les quinze Lacs d’Amour du collier de l’Ordre du Collier, antérieur à celui de l’Annonciade quant au nom. Ces quinze Lacs étaient alors séparés par quinze roses rouges et quinze blanches, selon Samuel Guichenon, dans son Histoire généalogique de la Royale Maison de Savoye.

Derrière ce collier, se cache en réalité un haut épisode de l’ésotérisme qui nous conduira au secret de la Salamandre figurant un peu partout au château de Chambord. à suivre ici en cliquant sur la bannière :

ban-annonciade