Archives pour la catégorie Cabale phonétique

Cabale Solaire, impressions d’Afrique etc…

Pour un pauvre O d’aphone éclos sur une ardoise

affiche_chatnoir2

Pourquoi consacrer une trilogie à Fulcanelli ?

Lire la suite Cabale Solaire, impressions d’Afrique etc…

Aucassin et Nicolette ou le secret de la noix de galle

Aucassin-NicoletteEn exemple de la langue des oiseaux nous aurons l’occasion de le démontrer au travers de l’analyse d’un petit roman à clefs « AUCASSIN & NICOLETTE ». C’est la touchante histoire de deux adolescents qui s’aiment : Aucassin, fils du Comte de Beaucaire, et Nicolette, enlevée en bas âge par des Sarrasins et considérée comme serve, bien qu’elle soit en réalité fille du roi de Carthage. Après beaucoup de traverses et de dangers, de longues séparations, ils finissent par se réunir et s’épouser… Chantefable du XII ème siècle et exemple édifiant du récit à clefs.

Lire la suite Aucassin et Nicolette ou le secret de la noix de galle

Mystérieuse cabale phonétique

Paris_lion_belfort_denfert_1

Le lion vert de la place de Belfort à Paris (XIVème arrondissement)

Cet article qui trainait jadis sur l’un de nos sites (contrepoints.com) et que nous avions cru perdu perdus à jamais mais retrouvé par hasard …

Vous aimeriez pénétrer, dites-vous, les mystères qui nous entourent, comprendre le langage hermétique des vieux grimoires qui renferment, dit on, des secrets oubliés. Vous vous passionnez, assurez-vous, pour la recherche des connaissances traditionnelles qui fondent les sociétés
humaines, qui donnent les clés des religions et des sociétés initiatiques. Si vous avez déjà pu rentrer dans certaines de ces connaissances réservées, vous êtes sur la bonne voie et vous n’avez nul besoin de nous. Le simple rappel des paroles attribuées à Nicolas Valois, grand alchimiste normand dont on connaît peu précisément l’époque de l’existence, vous suffira :

«En perdant la pureté du coeur, on perd la Science

Lire la suite Mystérieuse cabale phonétique

Art Gotique ou cabale phonétique

couv_grimoireLe langage des oiseaux est le plus souvent l’utilisation de rébus ou de jeux de mots, dans l’objectif de coder des oeuvres ou des livres, à des fins politiques (Rabelais), ou ésotériques.

Grasset d’Orcet, au XIXème siècle, donne certaines règles de décodage des devises hiéroglyphiques du blason que nous résumerons ainsi:

Elles se composent de vers de six à huit syllabes, terminées par une syllabe où entre la lettre L, que le nom de l' »écusson cartel » ou « carrel » fournit aux devises les plus courtes.

Tout dessin blasonné doit se déchiffrer en commençant par les pieds (de bas en haut).

Il précise aussi la règle simple du lanternois, comme utilisée chez Rabelais: le lanternois ne tient pas compte des voyelles.

Le terme langue des oiseaux s’entend probablement par le fait que les oiseaux sifflent des mélodies, des musiques qui sonnent joliement aux oreilles mais dont on ne réalise pas le sens caché. On les entend, mais on les entend pas (dans le sens de comprendre). Cet aspect sera amplement décrit avec Grasset d’Orcet.
Il y a aussi un sens plus profond à la langue des oiseaux et qui est le fait qu’elle est inexprimable par les mots ou la voix. Ce qui nous amène au langage des symboles.

Les symboles ont un sens, voire plusieurs sens car certains sont très riches. Et la compréhension du langage des symboles (langage alchimique par excellence) implique un long apprentissage par la réflexion ou l’expérience sur le terrain (visite de sites, de cathédrales) et surtout pratiquement l’impossibilité de transmettre ce que l’on ressent, si ce n’est par d’autres symboles.

C’est là l’essence du vrai secret initiatique. Transmis par des rituels symboliques, il est inexprimable car de l’ordre du ressenti. En parler seulement ne permet pas de le comprendre.

Ce langage symbolique fait prendre des raccourcis de pensée. Dans un autre domaine, c’est le même principe que l’utilisation de signes en mathématiques ou en physique, qui par le langage symbolique permettent à des gens de transmettre des concepts énormes sans se parler, par un simple signe. L’exemple du E=MC2 est très significatif. Peu de gens peuvent pénétrer les véritables arcanes mathématiques de cette formule mais tout le monde a en tête les applications de cette formule sur l’énergie atomique.

Le langage des oiseaux est une jolie musique. Elle attire même si on ne la comprend pas. C’est ainsi que nombreux sont ceux qui se lancent dans leur quête personnelle du Graal, sans raison exprimable, seulement à cause de telle légende lue, ou de telle cathédrale visitée. Ils ont soulevé un coin du voile et ne peuvent l’oublier.

Car telle est pourrait être la quête du Saint Graal: une simple quête du Saint Bol…

Citations :

Fulcanelli dans « Les Demeures Philosophales », fut un des premiers à révéler clairement le sens de la langue des oiseaux:
P. I.159: « […] Les vieux maîtres, dans la rédaction de leurs traités, utilisèrent surtout la cabale hermétique, qui’ils appelaient encore langue des oiseaux, des dieux, gaye science ou gay scavoir. De cette manière, ils purent dérober au vulgaire les principes de leur science, en les enveloppant d’une couverture cabalistique. […] Mais ce qui est généralement ignoré, c’est que l’idiome auquel les auteurs empruntèrent leurs termes est le grec archaïque, langue mère d’après la pluralité des disciples d’Hermès. La raison pour laquelle on ne s’aperçoit pas de l’intervention cabalistique tient précisément dans ce fait que le français provient directement du grec. »

p. I.164: « c’est justement ce grec qu’on retrouve partout en France, même dans l’Argot de Paris. La langue des oiseaux est un idiome phonétique basé uniquement sur l’assonance. On n’y tient donc aucun compte de l’orthographe, dont la rigueur même sert de frein aux esprits curieux […]. […] Les rares auteurs qui ont parlé de la langue des oiseaux lui attribuent la première place à l’origine des langues. Son antiquité remonterait à Adam, qui l’aurait utilisée pour imposer, selon l’ordre de Dieu, les noms convenables, propres à définir les caractéristiques des êtres et des choses créées. »

p. I.167 :  « les anciens écrivains l’appelaient langua general (langue universelle), et lengua cortesana (langue de cour), c’est-à-dire langue diplomatique, parce qu’elle recèle une double signification correspondant à une double science, l’une apparente, l’autre profonde. »

p. II.26 2 : A ne pas confondre Kabbale et cabale: « La kabbale hébraïque ne s’occupe que de la Bible; […]. La cabale hermétique s’applique aux livres, textes et documents des sciences ésotériques de l’antiquité, du moyen-âge et des temps modernes. Tandis que la Kabbale hébraïque n’est qu’un procédé basé sur la décomposition et l’explication de chaque mot ou de chaque lettre, la cabale hermétique, au contraire, est une véritable langue […]

« p. II.267 : « Employée au moyen-âge par les philosophes, les savants, les littérateurs, les diplomates. Chevaliers d’ordre et chevaliers errants, troubadours, trouvères et ménestrels […] discutaient entre eux dans la langue des dieux, dite encore gaye-science ou gay-scavoir, notre cabale hermétique. Elle porte, d’ailleurs, le nom et l’esprit de la Chevalerie, dont les ouvrages mystiques de Dante nous ont révélé le véritable caractère. […] C’était la langue secrète des cabaliers, cavaliers ou chevaliers. Initiés et intellectuels de l’antiquité en avaient tous la connaissance. »

Voici d’ailleurs un indice quant au cheval qui orne le mur sud de l’église de Saint-Grégoire-du-Vièvre, et dont le message se lit d’abord en rébus ou langue des chevaliers pour se terminer en symboles, beaucoup moins évidents à comprendre.

p. II.269 : Sont basés sur la langue des oiseaux « Les oeuvres de François Rabelais et celles de Cyrano de Bergerac; le Don Quichotte de Michel Cervantès, les Voyages de Gulliver de Swift; le Songe de Poliphile de Francisco Colonna; les Contes de ma mère l’Oie, de Perrault; etc…« 

Jonatan Swift a d’ailleurs à son époque publié un livre sur le pun, ou l’art en anglais de faire des jeux de mots.

Fucanelli encore, dans « Le Mystère des Cathédrales » révèle le sens de l’art gothique des cathédrales et le fait qu’elles cachent en leurs statues et imageries un sens caché, alchimique :

p. 55 : « Pour nous, art gothique n’est qu’une déformation orthographique du mot argotique, dont l’homophonie parfaite, conformément à la loi phonétique qui régit, dans toutes les langues et sans tenir aucun compte de l’orthographe, la cabale traditionnelle. La cathédrale est une oeuvre d’art goth ou d’argot. Or, les dictionnaires définissent l’argot comme étant un « langage particulier à tous les individus qui ont intérêt à communiquer leurs pensées sans être compris de ceux qui les entourent ». C’est donc bien une cabale parlée. Les argotiers, ceux qui utilisent ce langage, sont descendants hermétiques des argo-nautes, lesquels montaient le navire Argo […] pour conquérir la fameuse Toison d’Or. […] Tous les Initiés s’exprimaient en argot, aussi bien les truands de la Cours des Miracles, – le poète Villon à leur tête,- que les Frimasons, ou francs-maçons du moyen-âge, « logeurs du bon Dieu », qui édifièrent les chefs-d’oeuvre argotiques que nous admirons aujourd’hui.« 

p. 56 : « L’art gothique est, en effet, l’art got ou cot (Co en grec), l’art de la Lumière ou de l’Esprit. »

Nous ajouterons que pour le langage d’une caste particulière, qu’elle soit composée de scientifiques ou de batisseurs, on utilise plutôt de nos jours le terme jargon. Or le jargon est le cri de l’Oie. Ceci à prendre comme référence aux « contes de ma mère l’Oie » de Perrault. Oie qui rappelle le « Oyez », crié pour qu’on « entende » bien le texte… D’ailleurs les termes Gay-scavoir et Gaye-science on en commun le mot Gay. Que peut donc bien signifier ce qualificatif joyeux sinon le fait que celui qui entend la langue des oiseaux est plein de JOIE (« J’oie, car son ouïe perçoit la musique des sphère », p. 23 de « Fulcanelli et le cabaret du Chat Noir », de Richard Khaitzine).