Archives du mot-clé Omergence

Materia Matrix : de la biosphère à la Noosphère avec Vladimir Vernadski

« Il me semble impossible pour plusieurs raisons, de parler des théories évolutionnistes sans tenir compte aussi de la question fondamentale de l’existence d’une direction déterminée, dans  le processus  de l’évolution invariable,  au  cours de toutes les époques géologiques. »Vladimir Vernadsky

Qui le sait ?  mais c’est le géologue et physicien russe Vladimir Vernadsky (1863-1945) qui fut à l’origine de ce concept appelé à révolutionner notre conception du monde. Alors que les idées écologistes (en tout cas leurs traductions politiques ou commerciales) prennent une importance croissante dans la société mondiale, il est bon de revenir aux sources de l’écologie scientifique. Vladimir Vernadski est l’un des créateurs de cette science et il est malheureusement peu connu en France, encore moins lu ! C’est auprès de lui que le père Teilhard de Chardin recueillera son enseignement à la Sorbonne dans les années 20. Singulière rencontre entre ce matérialiste pur et dur, marxiste et le père jésuite paléontologue et anthropologue. Pourtant de celle-ci va naitre une pensée – la seule – à même de comprendre les enjeux systémiques de notre monde actuel.

Lire la suite Materia Matrix : de la biosphère à la Noosphère avec Vladimir Vernadski

Rudolf Steiner et les archives akashiques : la Femme solaire

akashic-odyssee-de-la-femme-solaire-dna
Du Rôle de la mémoire et des mémoires … par Johan Dreue ancien chercheur en neurosciences

Mémoire et systèmes auto-organisés ou du chaos bien pensé.

L’intelligence est tel un prisme aux nombreuses facettes. Il ne s’agit pas d’une qualité propre aux conduites humaines mais d’une fonction auto-orga­nisatrice de comportements qui se développent et évoluent. Il n’y a pas que le cerveau humain qui soit le support de l’intelligence : tout autre système qu’il soit naturel ou artificiel peut engendrer des comportements intelligents et de fait générer une mémoire de facto. Johan Dreue

Lire la suite Rudolf Steiner et les archives akashiques : la Femme solaire

La Femme solaire, son odyssée

Le matin des magiciennes, en stock

Illustration ci-dessous « la Femme oiseau », Egypte, période pré-dynastique. Nagada, IIa c. 3 500 à 3 400 avant notre ère… La période prédynastique est la dernière période de la préhistoire égyptienne. Elle fait la transition entre le néolithique et la formation d’un État par unification du pays et centralisation des pouvoirs aux mains des dynasties pharaoniques.

Lire la suite La Femme solaire, son odyssée

La Grande Déesse et la « Vieille Europe »

gimbutiene-1947-TopangaEn 1963, M. Gimbutas entre à l’UCLA. Dans les années suivantes débute une campagne de fouilles en Europe du Sud-Est (Yougoslavie, Grèce, Italie), fouilles qui vont se prolonger une quinzaine d’années et l’orienter vers une nouvelle direction de recherche. Parmi les vestiges sortis de terre, M. Gimbutas remarque que de nombreuses poteries ont des formes féminines. Certaines arborent des signes géométriques – formes en V, en M, zigzags. On retrouve d’ailleurs ces signes sur des céramiques en forme d’oiseau.

Plus elle fouille, plus s’accumulent des traces, des traces trop fréquentes pour être négligées, ce que font pourtant la plupart de ses collègues : « L’ensemble des matériaux disponibles pour l’étude des symboles de la vieille Europe est aussi vaste que la négligence dont cette étude a fait l’objet. » Une nouvelle hypothèse émerge. Et si les figures féminines étaient des déesses ? Et les signes et figures géométriques qui les accompagnent des représentations symboliques de ces déesses (comme la croix remplace Jésus dans la symbolique chrétienne) ? Dans cette hypothèse, l’abondance des vestiges attesterait bien de la présence d’une forte présence féminine aux côtés des dieux masculins.

Lire la suite La Grande Déesse et la « Vieille Europe »

La Femme solaire, Anima mundi

 

19 e, parution septembre 2018

L’idée d’âme du monde a traversé les siècles et a fait l’objet de multiples spéculations quant à sa nature, son origine et son rôle.

Cependant, une figuration s’est imposée : l’âme du monde est féminine. Comme nous l’avons vu dans les pages précédentes, la croyance en une présence divine dans la nature est aussi ancienne que l’humanité : tel rocher, telle montagne, tel arbre, telle source, est une théophanie. « Les dieux étaient partout et ils se mêlaient à tous les actes de la vie quotidienne », et écrivant à propos de l’adepte des mystères : « … tout était divin à ses yeux et la nature entière qui l’entourait provoquait en lui la crainte respectueuse des forces infinies agissant dans l’univers » (F. Cumont, les Mystères de Mithra, p.150).

Le catholicisme a voulu, par la présence réelle dans l’Eucharistie, rendre la divinité présente dans le monde telle qu’elle le fut historiquement en la personne de Jésus-Christ. Mais comment se fait-il qu’après deux mille ans Dieu semble absent du monde et du conscient de l’homme contemporain ?

Lire la suite La Femme solaire, Anima mundi